Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Se faire vacciner ou pas ? Ce n 'est pas si facultatif que ça

Seule une bonne communication est à même de dissiper les appréhensions


La majorité des plans de vaccination présentés à travers le monde se rejoignent sur la nécessité d’accorder la primeur aux populations les plus vulnérables : les personnes âgées, les malades chroniques et les personnels soignants. En revanche, l’absence de caractère obligatoire du vaccin est une position loin d’être partagée par tous les gouvernements. Si en Europe, la question n’a pas encore été totalement tranchée, dans le Royaume, les dés sont quasiment jetés.

Vilipendée et classée au rayon du complot par le ministère de la Santé, la théorie selon laquelle le vaccin antiCovid-19 sera obligatoire dans le pays fait pourtant son chemin, alimentée par une communication contradictoire et brouillonne. En effet, si d’un côté, Khalid Ait Taleb, le ministre de tutelle, explique à qui veut bien l’entendre que : «Le vaccin ne sera pas obligatoire mais volontaire» comme il l’a récemment déclaré sur la chaîne 2M, de l’autre, ne poserait-il pas les premiers jalons d’une obligation déguisée ? «Il ne sera pas possible de voyager sans un passeport Covid».

De cette intervention télévisée, outre le fait que le ministre de la Santé indique que «les vaccins choisis par le Maroc sont reconnus par l'OMS et font partie du programme COVAX», ce qui n’est pas totalement vrai, du moins concernant le vaccin destiné au Maroc et développé par CNBG Sinopharm, Khalid Ait Taleb nous livre un discours aux contradictions à peine voilées. D’autant que les personnes non vaccinées seront non seulement privées de voyage à l’étranger, mais il ne serait pas étonnant qu’elles se voient également refuser l’accès à leurs lieux de travail, ou encore à des hôtels.

Au vrai, en matière de communication, il y avait plus direct et transparent. Au lieu de quoi, les citoyennes et citoyens marocains se retrouvent face à un discours ambigu, donnant matière aux spéculations et autres «fake news». Une situation ubuesque, puisque le gouvernement fait la chasse à de fausses informations nées d’une communication minimaliste. Au risque de se répéter pour la énième fois, rappelons qu’excepté cette manière unanime de rassurer la population par des déclarations sur l’efficacité et la sûreté du vaccin de Sinopharm, il n’y a pour l’instant aucun argument scientifique pour les étayer. Ce qui participe forcément aux réticences de certains Marocains quant à la prochaine campagne de vaccination.

Alors, doit-on se faire vacciner ou pas contre la Covid19 ? Au Maroc comme ailleurs, la question est donc plus que jamais d’actualité avec des différences de sensibilités évidentes entre les pays. Dans le Royaume, nombreux sont ceux qui redoutent les effets secondaires d’un vaccin développé à travers les résultats préliminaires et non définitifs de la phase 3 des essais cliniques. Idem en Europe. D’après une étude que l’on doit au Forum écono¬mique mondial et l’Institut Ipsos, réalisée en septembre dernier auprès d’environ 20.000 adultes dans 27 pays à travers le monde, le Royaume¬- Uni appa¬raît comme le pays d’Europe ayant la plus grande part de sa population – 85 % – prête à se faire vacciner contre la Covid¬-19, dont 52% sans hésita¬tion. Cela tombe bien pour les Britishs, puisque le Royaume-Uni vient d’autoriser, ce mercredi, l'usage du vaccin mis au point par Pfizer et BioNTech, qui pourrait être disponible à partir de la semaine prochaine.

Dans certains pays, en dépit des campagnes médiatiques visant à démystifier, rassurer et promouvoir les vac¬cins, l’inquiétude a fini par prendre le pas sur la confiance. En Europe de l’Est, les résistances suscitées par le vaccin contre la Covid-19 sont plus marquées qu’ailleurs. Si en Pologne, la proximité entre les mouvements anti-vaccins et les influents milieux ultra-catholiques est à l’origine de cette défiance envers le précieux remède au nouveau coronavirus, en Hongrie, c’est l’afflux d’images de promotion du vaccin russe Spoutnik¬ V, à la demande du Premier ministre nationaliste Viktor Or¬ban, qui a résulté sur une montée inédite des anti-vaccins dans un pays pourtant connu pour son taux de vaccination parmi les plus élevés du continent.

Chady Chaabi

Libé
Jeudi 3 Décembre 2020

Lu 335 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS