Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Salon d'Automne de Paris

L'art contemporain marocain représenté par Ilham Laraki et Abdelkader Meskar




L'art contemporain marocain est brillamment représenté cette année à la 115ème édition du Salon d'automne de Paris, un rendez-vous annuel incontournable pour des centaines d'artistes venant d'une cinquantaine de pays. Deux artistes de renom, Ilham Laraki et Abdelkader Meskar, qui ont déjà chacun derrière lui une belle carrière jalonnée de participations remarquées à différents salons et expositions collectives, mais qui ont aussi à leur actif de brillantes expositions individuelles, présentent de sublimes œuvres abstraites reflétant leur sensibilité et leur créativité débordante. 
M. Meskar expose une toile de 240x120 travaillée à l'aide de techniques mixtes alliant peinture à l'huile, collages et superpositions de différents matériaux (papiers, tissus, sables). "A travers cette juxtaposition de différents matériaux, j'essaie d’entrer en contact avec le public et de communiquer avec lui sur ma culture marocaine", a-t-il affirmé dans une déclaration à la MAP. 
L'artiste fait, en effet, appel dans son travail à des symboles de la culture marocaine que l'on retrouve dans les tapis et les tatouages notamment au henné. M. Meskar, un ancien professeur de dessin qui vit et travaille entre Paris, Milan et Marrakech, a reçu récemment le premier Prix de l'exposition "Arts, formes et couleurs", organisée au Salon du Bourget, en France. L'artiste Ilham Laraki, qui avait été honorée en 2017 par sa consécration en tant que sociétaire du Salon, en raison de sa persévérance et de son innovation, participe, quant à elle, cette année avec trois toiles d’une grande splendeur, dont la principale est un tryptique d’une dimension de 120x120 baptisée «Les Temps». Les deux autres toiles sont exposées dans la catégorie «miniatures». «Les temps» est une peinture à l’huile dans laquelle Mme Laraki a osé, cette fois-ci, toucher la toile autrement qu’avec un pinceau et de la peinture. Elle y a tissé en effet du fil, introduit l’aiguille d’une montre qui tourne dans le sens inverse d’une horloge et un petit tronc d’arbre flamboyant qu’elle a travaillé avec un mélange de matériaux dont elle a seule le secret.
Ouvert ce jeudi au public, le Salon d'automne de Paris, qui se poursuivra jusqu’à dimanche, s’est imposé comme acteur et témoin essentiel de l’émergence des plus importants mouvements artistiques du XXème siècle : fauvisme, surréalisme, cubisme, art abstrait… Il a accueilli les plus grands noms de la peinture moderne, dont Cézanne, Picasso ou Dali Le Salon est présenté en sections, rigoureusement sélectionnées et organisées pour une meilleure lecture des œuvres. En dehors des classements par disciplines - gravure, Sculpture, dessin, photographie, Art Digital, Vidéo, Architecture, art environnemental, livres d’artistes -, plusieurs sections sont réservées à la peinture dans ses différentes tendances picturales (synthèse, abstraction, emergence, expressionnisme, figuration subjective, figures et essais, mythes et singularité, convergences). 
Outre les expositions, le Salon propose aussi des concerts, des conférences et des tables rondes sur l'art. L’invité d'honneur de cette 115ème èdition, dont le parrain est François Cheng de l’Académie française, n’est autre que Franquin, un des auteurs les plus connus au monde de la bande dessinée, avec des personnages devenus iconiques comme le Marsupilami, Zorglub et surtout Gaston Lagaffe. Il y expose d’ailleurs plusieurs de ses célèbres planches originales. 

Libé
Lundi 29 Octobre 2018

Lu 617 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.