Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saad Lamjarred renvoyé aux assises en France pour viol aggravé





Saad Lamjarred renvoyé aux assises en France pour viol aggravé
La cour d’appel de Paris a de nouveau renvoyé aux assises le chanteur marocain Saad Lamjarred pour le viol aggravé d’une jeune femme de 20 ans en 2016, a-t-on appris jeudi de source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

L’artiste de 35 ans avait initialement été renvoyé en correctionnelle en avril 2019 par un juge d’instruction ayant décidé de requalifier les faits en “agression sexuelle” et “violences aggravées”. Mais en janvier 2020, la chambre de l’instruction de la cour d’appel avait infirmé une première fois cette ordonnance, estimant que les faits devaient être qualifiés de viol, un crime passible des assises. La Cour de cassation avait toutefois invalidé cette décision, pour un défaut de signature du président de la chambre. Ressaisie des faits, la cour d’appel a de nouveau ordonné mardi que Saad Lamjarred soit jugé aux assises pour “viol aggravé”, conformément aux réquisitions du parquet général, selon la source judiciaire.

Le chanteur, qui peut encore saisir la Cour de cassation, encourt 20 ans de réclusion criminelle. “Nous sommes satisfaits, la cour d’assises est la juridiction adéquate pour juger les faits dont a été victime ma cliente”, a réagi auprès de l’AFP l’avocat de la plaignante, Me Jean-Marc Descoubès.

Les faits que la jeune femme dénonce se seraient déroulés sur fond d’alcool et de drogue dans la chambre d’un hôtel parisien, en octobre 2016, quelques jours avant un concert de l’artiste. Incarcéré dans la foulée, Saad Lamjarred avait été libéré sous bracelet électronique en avril 2017. Dans cette même information judiciaire, l’artiste avait été mis en examen en avril 2017, accusé d’avoir violé et frappé une jeune Franco-Marocaine à Casablanca en 2015. La plaignante s’était ensuite mise en retrait de la procédure et le juge avait ordonné un non lieu pour ce volet. Il a également été mis en examen en août 2018 pour le viol d’une jeune femme à Saint-Tropez, sur la Côte d’Azur. Saad Lamjarred avait ensuite été incarcéré durant deux mois et demi avant d’être libéré et contraint de résider à Paris le temps de l’enquête, menée par un juge d’instruction de Draguignan (sud de la France).

Banksy

Saad Lamjarred renvoyé aux assises en France pour viol aggravé
L’artiste urbain britannique Banksy a revendiqué jeudi sur Instagram la paternité d’un graffiti apparu sur le mur de l’ancienne prison britannique de Reading (ouest de Londres), où avait été détenu l’écrivain Oscar Wilde. L’oeuvre montre un prisonnier s’échappant grâce à une corde faite de draps attachés ensemble et noués à une machine à écrire. Elle a été revendiquée par l’insaisissable artiste dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, dans laquelle il s’amuse avec l’une des émissions culte de Bob Ross, où l’artiste américain maintenant décédé conseillait des techniques pour peindre à l’huile des paysages. “Bonjour, je suis Bob Ross. Je vous souhaite la bienvenue à The Joy of Painting”, peut-on entendre au début de l’extrait publié sur Instagram reprenant la vidéo originale, “Vous avez sorti tout votre matériel, prêt à faire une peinture fantastique avec moi? Bien.” L’image change, et on voit alors Banksy réaliser son oeuvre à l’aide d’un pochoir géant, avec les chaleureuses instructions de Bob Ross en fond sonore. La prison de Reading, ville située à 70km à l’ouest de Londres, n’accueille plus de prisonniers depuis 2013. Le ministère de la Justice, propriétaire du bâtiment, doit décider ce mois-ci de sa transformation ou non en un lieu de spectacle.

Libé
Vendredi 5 Mars 2021

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.