Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

S.M le Roi appelle à une initiative africaine pour faire face à la pandémie du Covid-19

Entretiens téléphoniques entre le Souverain et les chefs d’Etat ivoirien et sénégalais



S.M le Roi appelle à une initiative africaine pour faire face à la pandémie du Covid-19
Sa Majesté le Roi a eu lundi des entretiens téléphoniques avec les Présidents ivoirien et sénégalais portant sur l’évolution alarmante de la pandémie de coronavirus sur le continent africain.
Le Souverain a, en l’occasion, proposé une initiative commune de l'Afrique afin d’y faire face. Il s’agit d’une initiative qui sera conduite par les chefs d’Etat africains dans l’objectif d’établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays du continent dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie. 
« C’est une initiative importante et positive. C’est un appel à tous les Africains pour s’unir face à la pandémie du Covid-19», nous a déclaré à ce propos Moussaoui El Ajaloui, expert associé à AMES-Center.
Le chercheur marocain, spécialiste des affaires africaines, a souligné que cette initiative « s’inscrit dans la dimension africaine de la diplomatie marocaine » mise en œuvre depuis 2002-2003 et qui s’est renforcée depuis le retour du Maroc à sa famille africaine.
« Je crois que c’est fort important dans ces moments difficiles que le Maroc partage son expérience dans la lutte contre la pandémie du Covid-19 avec les pays africains », a-t-il ajouté, tout en souhaitant que cette initiative ne tombe dans l’oreille d’un sourd.
Il convient de préciser que pareille initiative s’impose avec acuité selon le dernier rapport de la Fondation Mo Ibrahim intitulé « Le COVID-19 en Afrique : un appel pour une gouvernance coordonnée, un renforcement des structures sanitaires et une meilleure collection des datas », qui appelle à une gouvernance forte et coordonnée sur l’ensemble du continent. « Par nature, toute pandémie nécessite, par-delà les frontières nationales et régionales, la coordination de tous les efforts déployés par les différents acteurs et partenaires, en particulier dans un monde globalisé », précise le rapport, en substance.
Selon ce document, l’Afrique risque de payer le plus lourd tribut à ce virus. La fragilité préexistante des systèmes de santé, accompagnée d’un fort taux de prévalence du diabète et des maladies respiratoires ainsi qu’une densité urbaine élevée et souvent mal maîtrisée sont autant de facteurs qui risquent d’accroître la vulnérabilité du continent face au Covid-19 et sa létalité. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a même appelé l’Afrique à « se préparer au pire ». 
 En détail, ledit rapport révèle que seuls dix pays africains fournissent actuellement un système de santé gratuit et universel à leurs concitoyens ; que seulement 43 pays sont en mesure de proposer des tests de dépistage du Covid-19 tout en précisant que les pays sont en général peu préparés pour assurer un dépistage efficace aux points d’entrée, le suivi des voyageurs, ainsi que la prise en charge des personnes contaminées ; que les données relatives aux structures sanitaires et aux résultats obtenus restent parcellaires et fragiles (seuls huit pays disposent d’un système complet d’enregistrement des naissances, ce qui compromet la capacité à produire des données actualisées, cruciale en cas d’urgence sanitaire) et que si vingt pays africains affichent un meilleur score concernant l’indicateur « Campagnes de santé publique » au cours de la décennie écoulée (+ 0,6 depuis 2008 selon l’IIAG), quinze ont aussi enregistré un recul dans ce domaine. 
En outre, le rapport de la Fondation Mo Ibrahim a indiqué que les défaillances des infrastructures de transport peuvent empêcher le personnel de santé de venir en aide aux populations touchées en temps et en heure, tandis que l’insuffisance des systèmes de communication ralentit la transmission des comptes rendus et des diagnostics. 
Face à cette réalité amère, les perspectives s’annoncent décourageantes.  En effet, les rédacteurs dudit document estiment que si la pandémie du Covid-19 s’installe sur le continent africain où vivent plus d’un milliard d’individus, les systèmes de santé seront très rapidement dépassés. Ils ajoutent que l’expansion mondiale de l’épidémie aura un impact considérable, profond et durable sur la totalité du continent africain. 
D’apparition plus tardive, le virus va isoler le continent des autres régions du monde qui seront rentrées en phase de récupération. Le choc épidémique va creuser les inégalités, au sein des pays et entre eux, aggraver les fragilités existantes, restreindre davantage les perspectives d’emploi et d’investissement et risque d’allumer la mèche des conflits latents. 
Selon les prévisions de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, la croissance économique devrait chuter de 3,2 à 1,8 % et si cette situation ne fait pas l’objet d’une réponse collective et organisée, ladite croissance et les progrès enregistrés au cours de ces dernières années, que ce soit en matière de lutte contre la pauvreté ou le paludisme, pourraient bien s’inverser. Au-delà, cela pourrait mettre à l’épreuve les systèmes institutionnels, déjà fragiles, de certains pays, et alimenter une recrudescence de conflits et d’instabilité.
La Fondation Mo Ibrahim soutient que cette pandémie est un nouveau signal d’alarme qui souligne l’importance vitale du renforcement des structures de santé encore largement inadéquates du continent, ainsi que des capacités institutionnelles appropriées, en matière d’éducation, d’infrastructures ou de sécurité nationale. « Au-delà, elle met aussi l’accent sur la nécessité de renforcer les efforts pour remédier au plus vite à la faiblesse voire la carence des appareils statistiques, notamment en ce qui concerne la santé et l’état civil », conclut le rapport.

Communiqué du Cabinet Royal

Voici le texte intégral du communiqué du Cabinet Royal :  
“Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a eu, ce jour, des entretiens téléphoniques, respectivement, avec Son Excellence Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire et Son Excellence Macky Sall, Président de la République du Sénégal. 
Ces entretiens ont porté sur l’évolution alarmante de la pandémie du Covid-19 dans le continent africain. 
Au cours de ces entretiens, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a proposé le lancement d’une initiative de chefs d’Etat africains visant à établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie. 
Il s’agit d’une initiative pragmatique et orientée vers l’action, permettant un partage d’expériences et de bonnes pratiques, pour faire face à l’impact sanitaire, économique et social de la pandémie”.
 

Hassan Bentaleb
Mercredi 15 Avril 2020

Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS