Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rkia Derham : Le Maroc dispose d’un environnement des affaires attrayant




La Princesse Astrid et Rkia Derham au Forum belgo-marocain.
La Princesse Astrid et Rkia Derham au Forum belgo-marocain.
La Princesse Astrid, représentante du Roi Philippe de Belgique, a présidé, lundi à Casablanca, la cérémonie d'inauguration du Forum belgo-marocain, qui marque le lancement d’une mission économique baptisée «Doing business in Morocco» (26/30novembre).
La Princesse Astrid est accompagnée, lors de cette mission, par plusieurs ministres fédéraux et régionaux et quelque 400 opérateurs économiques belges représentant 251 sociétés.
Les responsables gouvernementaux et les opérateurs économiques belges, qui représentent différents secteurs économiques notamment la chimie, les énergies renouvelables, les transports, la logistique et la santé, devaient avoir, au cours de leur déplacement au Maroc, d’intenses activités à Casablanca, Rabat et Tanger.
En ouverture de ce Forum, la secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur, Rkia Derham, a rappelé que le Maroc bénéficie d’un environnement des affaires fort attrayant car il dispose de nombreux atouts, dont la proximité géographique, le cadre législatif souple, la qualité et le coût compétitif d’une main-d’œuvre qualifiée ainsi qu’une offre logistique adaptée et des infrastructures développées.
La secrétaire d'Etat a souligné qu'aujourd’hui, plusieurs entreprises étrangères de renom s’y sont installées, dont des investisseurs belges qui ont fait confiance au Maroc, en investissant dans différents secteurs d’activités, précisant qu'il est évident que les relations économiques et commerciales bilatérales présentent un potentiel de croissance appréciable, car elles sont appelées à refléter toute l’importance des relations humaines et politiques déjà existantes.
Le dynamisme actuel de l’économie marocaine offre de nombreuses opportunités d’investissements et le Maroc est de plus en plus une porte d’entrée sur le continent africain, a-t-elle dit, mettant l'accent sur la nouvelle dimension africaine qui revêt un caractère primordial dans les relations bilatérales et confirme l’engagement mutuel et conjoint du Maroc et de la Belgique en Afrique. Pour sa part, le vice-Premier ministre belge, ministre des Affaires étrangères et européennes, Didier Reynders, a souligné que cette mission réunit un nombre record de participants, ce qui témoigne de l’intérêt très marqué des entreprises belges pour le Maroc. Et de souligner que l'un des objectifs importants de cette mission est de mettre en exergue le talent et le potentiel de la communauté d’origine marocaine en Belgique et de donner à notre coopération économique l’impulsion qu’elle mérite.
Le Maroc offre en effet d’innombrables possibilités pour les entreprises belges, assure le ministre, expliquant que le Royaume se distingue par sa stabilité dans une région qui a subi de nombreux bouleversements ces dernières années d'autant que c'est un pays très ouvert, en particulier vis-à-vis de l’Union européenne, qui absorbe 60% de ses exportations.
Didier Reynders a expliqué que dans les domaines de la construction et des infrastructures - notamment portuaires -, des technologies environnementales, des télécommunications ou de la santé, secteurs qui sont fortement représentés dans la délégation d’affaires belge, il existe des complémentarités évidentes entre les deux pays.  
Signe de la diversification et du dynamisme de l’économie marocaine, qui a connu un taux de croissance «très enviable» de 4% en 2017, le pays est désormais aussi très présent dans des secteurs de pointe comme l’automobile, l’électronique ou encore l’aéronautique, a souligné Didier Reynders.
«Cette mission ne vise pas uniquement à créer des opportunités pour les entreprises belges au Maroc, notre vœu le plus cher est que des acteurs économiques marocains s’intéressent aussi au marché belge, qu’ils y fassent des affaires et y investissent, en tirant profit des nombreux atouts qu’offre la Belgique, en particulier celui d’être au centre de l’Europe et d’abriter ses institutions», a-t-il espéré.  
Le président de la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise, Edwin Sluismans, a indiqué que le Maroc est aujourd’hui un pays en mutation rapide, happé par la mondialisation et la globalisation, ajoutant que les échanges s’accélèrent, se digitalisent, la performance et la productivité des entreprises et de ses salariés se développent à un rythme soutenu.
Les métiers mondiaux dans lesquels s’inscrit aujourd’hui le Maroc, tels que l’automobile, l’aéronautique, les énergies renouvelables ou l’industrie agricole, offrent de nombreux débouchés aux entreprises belges, que ce soient de grands groupes ou des PME dynamiques, a-t-il ajouté.
Au terme des 6 premiers mois de 2018, les exportations belges vers les Maroc se sont chiffrées à 439,3 millions euros, soit 2,2% de plus par rapport à la même période de 2017. Les importations, quant à elles, ont atteint 172 millions euros, soit une diminution de 6,6 par rapport à la même période de 2017.
Outre la tenue de ce Forum, séminaires et rencontres B2B, cet événement sera marqué par la signature par les deux parties d’une vingtaine d’accords dans divers secteurs.

Jeudi 29 Novembre 2018

Lu 545 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés