Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Repenser la formation des artistes dans la forme et dans le fond

Le concept même de l’ISADAC à revoir absolument




Les différents travaux dramatiques diffusés, ces dernières années, à la télévision comme sur le grand écran font souvent montre d’une véritable régression des compétences des comédiens en matière d’interprétation. Pire encore, la prise de parole en public de pas mal d’artistes dévoile également un autre déficit intellectuel manifeste, en l’occurrence le savoir académique concernant leur métier. Ce qui remet en cause la formation dispensée actuellement aux comédiens et acteurs de demain ! 
En effet, les spécialistes affirment, de plus en plus, qu’il est temps de changer les cursus et les méthodes d’enseignement au sein des instituts spécialisés, afin de permettre aux étudiants d’acquérir un maximum de savoir et de savoir-faire, l’acteur et l’actrice de demain tout comme le scénographe, le réalisateur, le metteur en scène étant des acteurs sociétaux de changement … 
Depuis quelques jours, la comédienne et dramaturge Latefa Aherrare a diffusé sur sa page Facebook une photo légendée faisant état d’une formation au sujet des approches modernes pour l'enseignement artistique des arts. L’initiative louable revient au ministère de la Culture ... et l’on ne peut que s’en féliciter de cette  importante prise de conscience. 
Créer une harmonie entre le talent souvent «brut» avec et l’apprentissage de techniques à même de permettre aux acteurs de contrôler leurs corps est plus que nécessaire. Pour cela, la formation devrait aussi concerner le volet  intellectuel car il aide l’artiste stagiaire à avoir une personnalité confiante et  mure.
Le recours récemment de plusieurs réalisateurs à des jeunes parfois méconnus par rapport aux figures habituelles du cinéma et de  la télévision a suscité des  débats dans les coulisses des festivals.
Rachid Mountassar, directeur de l’ISADAC, estime que « la formation artistique doit réunir à la fois le savoir-faire technique qui est très exigeant et qui peut s’étaler sur pas mal de temps, et un regard critique sur cette formation ». Dans un entretien accordé à un confrère de la place, il précise qu’un acteur «c’est quelqu’un qui a, à la fois, une grande conscience de son corps et de sa voix mais qui peut aussi, grâce à ces techniques et un travail de l’imagination, être en mesure de nous transporter à chaque fois dans les univers qu’il crée par son jeu dans tel ou tel œuvre». Il serait donc temps de revoir le concept de l’ISADAC, en fixant pour objectif non seulement de former des acteurs et comédiens sur les plans technique et pratique, mais surtout des artistes ayant un regard critique et une vision globale par rapport à l’acte artistique en tant que tel. 
L’on ne peut y parvenir sans une réhabilitation du véritable esprit de ce que nous nommons « arts dramatiques». 

Mustapha Elouizi
Lundi 15 Octobre 2018

Lu 628 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.