Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Renforcement de la coopération parlementaire Maroc-CEDEAO




Habib El Malki : Le Maroc a franchi d'importantes étapes vers l'intégration au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest
Hakim Benchamass : Le Parlement marocain appuie les efforts du Royaume pour son adhésion à la CEDEAO
Mustapha Cisse Lo : Le Maroc constitue un poids lourd en Afrique et une zone de transit vers l'Europe


Le Parlement du Maroc et le Parlement de la CEDEAO ont signé, lundi à Rabat, une Convention-cadre de coopération, ayant pour objectif de renforcer leurs relations et de bâtir une solide coopération dans divers domaines.
Paraphée par Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, Hakim Benchamass, président de la Chambre des conseillers et Mustapha Cisse Lo, président du Parlement de la CEDEAO, cette Convention porte, notamment, sur la mise en place d’une Commission paritaire mixte de coopération et sur l’organisation conjointe d’une manifestation ayant trait à des sujets d’intérêt commun.
Dans une déclaration à la presse, à cette occasion, Habib El Malki a qualifié d'«historique» cette rencontre avec le président du Parlement de la CEDEAO, tenue en marge de la réunion parlementaire africaine de concertation sur le climat et le développement durable, précisant qu'il s'agit d'une première rencontre à dimension politique entre les deux institutions législatives.
«Le Maroc a franchi d'importantes étapes vers l'intégration au sein de la CEDEAO et la signature de cette Convention-cadre consolide l'initiative marocaine», a-t-il affirmé, notant que cette coopération avec le Parlement de la CEDEAO, qui joue un rôle leader dans plusieurs domaines et jouit d'une grande crédibilité, ouvre la voie à de nouveaux horizons de partenariat.
Pour sa part, Hakim Benchamass a souligné que le Maroc est un partenaire important, qui place à la tête des priorités de sa politique étrangère la consolidation des liens socio-économiques et des relations humaines et culturelles avec le continent africain.
Grâce à cette convention, le Parlement marocain entreprend un pas en avant, en appuyant les efforts du Royaume pour son adhésion à la CEDEAO, a-t-il affirmé, notant que cette organisation joue en rôle influent sur la scène africaine.
De son côté, Mustapha Cisse Lo a souligné que cette rencontre a permis d'échanger autour des questions relatives à l'environnement pour la préparation de la COP23, qui va se tenir à Bonn en Allemagne, ainsi qu'à la demande d'adhésion du Maroc à la CEDEAO, tant souhaité par la communauté.
«Le Maroc constitue un poids lourd en Afrique et une zone de transit vers l'Europe», a-t-il assuré, appelant à travailler de concert pour mettre en place des stratégies et des mécanismes de coopération permettant de répondre aux préoccupations de la population de la communauté, notamment en matière de libre circulation des personnes et des biens dans l'espace de la CEDEAO, de coopération économique en vue de mettre en place un tarif extérieur commun et de développement des mécanismes pour lutter ensemble contre les problèmes migratoires.
La Commission paritaire de réflexion Parlement marocain/Parlement de la CEDEAO, prévue par la Convention-cadre de coopération, sera mise en place dans les meilleurs délais. Elle comprendra 11 membres (un vice-président de chaque Assemblée et 4 députés de chaque Parlement), qui seront assistés par les administrations de leurs assemblées.
Des termes de référence et un mandat seront élaborés pour permettre à ce comité d’élaborer un programme détaillé de coopération à adopter par les deux Parlements.
Dans ce sens, seront pris en compte les axes relatifs à la mise en place d’un programme de formation, d’échanges d’expériences et de renforcement des capacités des députés et du personnel, l’invitation aux sessions ordinaires de chaque institution parlementaire chaque année, l’accueil de stagiaires, l’harmonisation des positions par rapport à l’intégration régionale, des voyages d’études et missions d’informations conjointes et les échanges d’experts.
Cette Convention-cadre de coopération porte également sur l’organisation conjointe, au cours de l’année 2018, d’un colloque international sur l’immigration en Afrique, les APE, la libre circulation des personnes et des biens ou tout autre sujet pertinent d’intérêt commun.

Signature d’une Convention cadre

Une Convention-cadre de coopération entre le Parlement du Royaume du Maroc et le Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été signée lundi 30 octobre 2017 au siège du Parlement marocain par Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, Hakim Benchamass, président de la Chambre des conseillers et Mustapha Cisse Lo, président du Parlement de la CEDEAO.
L’objectif de cette Convention-cadre est de renforcer les relations entre le Parlement de la CEDEAO et le Parlement du Royaume du Maroc et de bâtir une solide coopération dans divers domaines de la vie des institutions parlementaires.
 Les deux Parlements conviennent de ce qui suit :
1. La mise en place d’une Commission paritaire mixte de coopération
Une Commission paritaire de réflexion Parlement marocain / Parlement de la CEDEAO sera mise en place dans les meilleurs délais.
La Commission mixte paritaire comprendra 11 membres - qui seront assistés par les administrations de leurs assemblées   - comme suit :
- Un (01) vice-président de chaque Assemblée.
- Quatre (04) députés de chaque Parlement
Des termes de référence et un mandat seront élaborés pour permettre à ce comité d’élaborer un programme détaillé de coopération à adopter par les deux Parlements.
Les axes suivants devront être pris en compte :
- La mise en place d’un programme de formation, d’échanges d’expériences et de renforcement des capacités des députés et du personnel ;
- Invitation aux sessions ordinaires de chaque institution parlementaire chaque année ;
- L’accueil de stagiaires ;
- Harmonisation des positions par rapport à l’intégration régionale ;
- Des voyages d’études et missions d’informations conjointes ;
- Les échanges d’experts, etc. ;
2. L’organisation conjointement, au cours de l’année 2018, d’un colloque international sur l’immigration en Afrique, les APE, la libre circulation des personnes et des biens ou tout autre sujet pertinent d’intérêt commun.

 

Mercredi 1 Novembre 2017

Lu 1135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés