Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Rencontre nationale sur les courts-métrages et plateformes numériques


Libé
Vendredi 17 Décembre 2021

"Les courts-métrages et les plateformes numériques, convergence ou divergence?" est le thème de la rencontre nationale qui sera organisée, samedi à Fès, dans le cadre des 9èmes Journées de la communication cinématographique, prévues du 17 au 19 décembre.


Cette rencontre qui sera animée par des chercheurs et des critiques dont Azelarab El Alaoui, Ahmed Sijilmasi et Ibrahim Zarkani débattra de l'impact des nouvelles technologies sur la promotion des produits cinématographiques et audiovisuels, notamment les courts-métrages.


Plusieurs questions seront soulevées lors de cette rencontre, notamment "Les plateformes digitales sont-elles une alternatives aux salles de cinéma et aux chaînes de télévision?", "Quelle est la nature de la relation entres les courts métrages et le digital?", "Ces plateformes numériques ne constituent-elles pas un espace pour la commercialisation de ces films ?".
 Les 9èmes Journées de la communication cinématographique sont organisées à l'initiative de l'Association "Jeunes talents du cinéma et du théâtre".


Treize courts-métrages marocains participent à la compétition officielle de la 9ème édition de ce festival qui rendra hommage, cette année, à l'acteur Said Bey pour sa contribution importante à l'enrichissement de la scène artistique marocaine notamment à travers le cinéma.


Le festival, qui sera organisé sous format hybride (présentiel et à distance), a choisi le réalisateur Azzelarab El Alaoui Lamharzi pour présider le jury de cette édition, qui comprend également Abdellah Chakiri et le critique Ibrahim Zarkani.


Les films participant à la compétition officielle sont "Parfum" de Houcein Chani, "L'instrument" d'Osama M'harzi Alaoui, "Le fil" d’Ali Charaf, "L'ultime ancre" de Yazid El Kadiri, "Poussière" de Tarek Rasmi, "Rencontre avec l'âme" de Kaoutar Benjalloun, "Alo Psy" de Mehdi Ayyouch, "L'enfant de l'amour" de Houari Ghoubari et "Le retour du regret" d’Ayoub Boudadi.


Il s'agit aussi de "Mains douces" de Faysal Lahlimi, "Casa ma belle" de Leila Lamsafer, "La mère du clouwn" de Manal Ghoua et "Contradiction" de Hatim Belmahdi. 


Lu 1828 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >