Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Remise des Prix littéraires de Casablanca-Settat aux quatre lauréats


Lundi 17 Février 2020

Remise des Prix littéraires de Casablanca-Settat aux quatre lauréats
Les Prix littéraires de la région de Casablanca-Settat ont été remis, jeudi soir dans la métropole, aux quatre lauréats de la première édition, au cours d'une cérémonie grandiose ayant rassemblé un parterre de choix de personnalités officielles et publiques.
Lancé en partenariat entre le Conseil de la région et l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc (UPEM), ce concours, le premier en son genre au niveau national, a reçu les candidatures de plus d'une quarantaine d'ouvrages publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, qui étaient en lice pour les quatre prix, dotés de 50.000 dirhams chacun et portant des appellations symboliques.
S'agissant du Prix Mohamed Zefzaf (langue arabe), il est revenu à "Banat Assabar" de Karima Ahdad (Editions LeFennec). Il s’agit d’un roman "empreint de fraîcheur, au style novateur et une plume d'une grande modernité".
Le Prix Mohamed Zerktouni (langue amazighe) a été décroché par "Ayyul d uzgn" de Lahcen Zaheur, qui s'inscrit dans une nouvelle tendance dans la littérature d'expression amazighe, à savoir le roman.
Le Prix Driss Chraibi (langue française) a été décerné à l'ouvrage "Abdallah Ibrahim, l'histoire des rendez-vous manqués" de Zakya Daoud, paru aux éditions La Croisée des Chemins. Biographie d'un personnage historique d'envergure, cet ouvrage permet aux nouvelles générations de découvrir un leader qui a marqué l'histoire du Maroc et un homme qui a posé les jalons de la modernité.
Le Prix Tayeb Seddiki (traduction) a été attribué à "Un psy dans la cité " (La Croisée des Chemins), au vu de la valeur scientifique du livre et sa conformité aux conditions prévues par ce prix, notamment l'importance du sujet et la qualité de traduction (langue et sens). Le jury a également attribué une "Mention spéciale" pour "Les musulmans face à leur histoire" d’Abdou Filali-Ansary (LeFennec), qui est un ensemble de textes offrant l'avantage de proposer une structure et un projet sur une thématique porteuse et d'actualité.
La cérémonie de remise des prix s'est déroulée en présence notamment du wali de la région de Casablanca–Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch, du président du Conseil de la région, Mustapha Bakkoury, du président de l'UPEM, Abdelkader Retnani, et du président de l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous.


Lu 377 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.