Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand Jamel Debbouze recadrait Emmanuel Macron





Quand Jamel Debbouze recadrait Emmanuel Macron
Le 25 novembre dernier, la journaliste Corinne Lhaïk publie aux éditions Fayard, l’ouvrage “Président cambrioleur”. Soit une enquête autour de la personnalité, du parcours, mais aussi de la manière qu’a Emmanuel Macron de gouverner.

Dans son livre, l’auteure revient notamment sur un face-à-face quelque peu tendu, survenu à l’automne 2016, au cours d’un dîner chez le réalisateur et producteur Luc Besson. A cette époque, Emmanuel Macron a démissionné du gouvernement où il était ministre de l’Economie et des finances, pour fonder son propre parti politique, La République en marche, et se lance dans la course à la Présidence de la République française. Ce soir-là chez Luc Besson, Emmanuel Macron est assis à la même table que Nicolas Hulot et Jamel Debbouze.

Après “une opération reniflage auprès de l’écologiste” Nicolas Hulot, rapporte la journaliste dans son livre, le futur Chef d’Etat aurait tenté ensuite d’amadouer le compagnon de Melissa Theuriau. Corinne Lhaïk écrit : “On parle aussi banlieues et Macron se lance dans un discours formaté, sur la formidable énergie de ses jeunes habitants”.

Selon l’auteure, Emmanuel Macron ne va pas tarder à être interrompu et fermement recadré par l’acteur et humoriste. “Écoute, monsieur le ministre, tu vas fermer ta gueule” lui aurait alors rétorqué Jamel Debbouze. “C’est dit sur le ton de la blague, mais l’apprenti des quartiers est renvoyé dans ses buts” précise la journaliste. Plus tard, Jamel Debbouze a malgré tout témoigné une certaine sympathie à l’égard d’Emmanuel Macron, dans l’émission Au tableau ! notamment, en 2018. Quand un enfant lui avait demandé s’il appréciait le nouveau président, Jamel avait répondu par l’affirmative : “Il est jeune. J’ai le sentiment -je peux me tromper évidemment- qu’il ne va pas avoir les mêmes réflexes que les autres, il risque de prendre des sentiers que les autres n’ont pas pris. Il risque d’être surprenant”. Mais Jamel Debbouze reste taquin, même envers le Président. En 2017, au Marrakech du rire, l’humoriste avait salué “la classe de ce président”, avant de railler le Chef de l’Etat de son jeune âge : “39 ans... Incroyable. C’est pas un âge présidentiel ça normalement. C’est une pointure !”

​Johnny Depp

L’acteur américain Johnny Depp a tenté de nouveau d’obtenir un procès en appel après avoir été débouté en diffamation contre le tabloïd britannique The Sun, qui l’avait décrit en mari violent envers son ex-épouse Amber Heard.

Début novembre, l’acteur d’”Edward aux mains d’argent” et “Pirate des Caraïbes” avait perdu son procès en diffamation contre News Group Newspapers (NGN), société éditrice du Sun. Johnny Depp avait ensuite sollicité la permission de faire appel, comme l’exige le système judiciaire britannique, mais le juge Andrew Nicol, qui avait tranché en sa défaveur sur le fond du dossier, avait refusé, n’estimant pas que les “motifs d’appel aient des perspectives raisonnables”.

Comme la loi britannique le lui permet, Johnny Depp a saisi directement la cour d’appel, comme le mentionne le registre des appels accessible publiquement. On ignore quand la cour d’appel dira si elle autorise ou non un deuxième procès.

Le jugement avait été rendu le 2 novembre après trois semaines d’audience, en juillet à la Haute Cour de Londres, souvent en présence du comédien de 57 ans et de son ex-femme Amber Heard, 34 ans, qui avaient donné lieu à un déballage de leur vie privée. S’appuyant essentiellement sur les déclarations de l’actrice, le Sun avait invoqué 14 épisodes de violences, tous contestés par Johnny Depp. Début novembre, le juge Nicol avait tranché en faveur du tabloïd, estimant dans son jugement que les qualifications du Sun étaient “substantiellement vraies” car “la grande majorité des agressions présumées ont été prouvées”.Fin novembre, le juge a aussi ordonné à Johnny Depp de payer un peu plus de 628.000 livres (705.000 euros) au Sun pour couvrir ses frais de justice.

Libé
Jeudi 10 Décembre 2020

Lu 267 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.