Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pyongyang contourne de plus en plus les sanctions


L'ONU au défi de maintenir son unité et sa fermeté face à Pyongyang



Plus des sanctions internationales sont imposées à la Corée du Nord pour lui faire arrêter ses programmes d'armement nucléaire et conventionnel et plus Pyongyang tente de les contourner, affirme un rapport d'experts de l'ONU publié ce week-end.
La diffusion de ce document survient à la veille d'une décision attendue lundi du Conseil de sécurité sur un huitième train de sanctions contre la Corée du Nord. Le rapport confirme formellement des informations transmises au mois d'août à des médias dont l'AFP par des sources diplomatiques.
"Le pays continue de contourner l'embargo sur les armes, les sanctions financières et sectorielles sévères" imposées par l'ONU, "montrant que plus le régime de sanctions est étendu, et plus les contournements sont nombreux", résument les experts.
Leur période d'étude s'étend de février à août. Au cours de celle-ci, "la Corée du Nord a fait des progrès significatifs en matière d'armes de destruction massive en dépit du régime le plus complet de sanctions ciblées jamais réalisé dans l'histoire des Nations unies", note le document.
Après deux essais nucléaires en 2016, Pyongyang a procédé à 14 tirs de missiles balistiques en 2017, dont deux intercontinentaux, rappellent les experts, dont le rapport a été finalisé avant un tir de missile à moyenne portée au-dessus du Japon à la mi-août et un essai nucléaire début septembre.
"La Corée du Nord continue de violer les sanctions financières avec des agents à l'étranger qui procèdent à des transactions financières au nom d'entités nationales", indique aussi le document. Des enquêtes sont en cours sur plusieurs dossiers impliquant la Syrie et des pays africains, précisent les experts.
En contradiction avec les résolutions de l'ONU, Pyongyang continue aussi d'exporter pratiquement tous les produits visés par les résolutions de l'ONU, ce qui lui a rapporté au moins 270 millions de dollars sur la période étudiée, selon le document.
Après des mesures prises en 2017 par la Chine pour interrompre des importations de charbon, Pyongyang a réexpédié des cargaisons vers d'autres Etats membres de l'ONU, incluant la Malaisie et le Vietnam et utilisé d'autres pays tiers pour d'autres livraisons, précise le rapport.
"Malgré un nombre croissant de comptes rendus des Etats membres au Conseil de sécurité sur leur application des sanctions, leur respect reste très loin de ce qui est nécessaire pour atteindre l'objectif d'une dénucléarisation" de la péninsule, estime-t-il.
La Chine, pays destinataire de 90% des exportations nord-coréennes, a souvent été accusée par le passé de ne pas respecter à la lettre les résolutions de l'ONU. Ces derniers mois, Pékin a promis à plusieurs reprises un respect total.
"La non-application stricte du régime des sanctions couplée à des contournements de plus en plus importants par le pays sape les objectifs des résolutions en faveur d'un abandon par la Corée du Nord de toutes ses armes de destruction massive et l'arrêt de ses activités qui y sont liées", concluent les experts.
Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l'ONU est appelé par Washington à se prononcer aujourd’hui lundi sur de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord, accusée de menacer la paix avec ses programmes d'armement nucléaire et conventionnel.
Le défi est double pour le Conseil et ses cinq membres permanents dotés du droit de veto (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine), aux positions souvent diamétralement opposées: ils doivent préserver leur unité face à Pyongyang, affichée lors des dernières prises de sanctions, et adopter des mesures toujours plus fortes pour prouver leur détermination.
Il faut "garder à tout prix l'unité du Conseil de sécurité car il s'agit du seul instrument qui puisse conduire à une initiative diplomatique avec des chances de succès", souligne dimanche le patron de l'ONU, Antonio Guterres, dans un entretien au journal français JDD.

Libé
Lundi 11 Septembre 2017

Lu 861 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés