Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prorogation de l'autorisation d'inspecter des navires soupçonnés de trafics de migrants en Libye




Prorogation de l'autorisation d'inspecter des navires soupçonnés de trafics de migrants en Libye
Le Conseil de sécurité a renouvelé mercredi pour un an l'autorisation pour les membres de l'ONU d'inspecter au large de la Libye des navires soupçonnés de trafic de migrants entre l'Afrique et l'Europe, au terme de négociations difficiles avec les Etats-Unis, selon des diplomates.
Proposée par le Royaume-Uni, la résolution a été approuvée à l'unanimité des 15 membres du Conseil.
Les négociations ont donné lieu à des frictions avec les Etats-Unis qui ont voulu édulcorer le projet de texte et lui retirer plusieurs paragraphes détaillés sur les trafics de migrants, jugés trop permissifs pour les migrations, selon des diplomates.
Au final, le texte se borne à des rappels de précédentes résolutions. Il "condamne tous les actes de trafic de migrants et de traite d'êtres humains ayant le territoire libyen et le large des côtes libyennes comme destination, zone de transit ou point de départ, qui fragilisent davantage le processus de stabilisation de la Libye et mettent en péril les vies de centaines de milliers de personnes".
A l'issue du vote, la France et le Royaume Uni ont tenu à prendre la parole pour rappeler la gravité du sujet et insister sur les positions traditionnelles du Conseil de sécurité sur les réfugiés notamment.
"Ce texte va à l'essentiel en renouvelant les autorisations" prévues par de précédentes résolutions "par lesquelles le Conseil de sécurité exprime sa vive préoccupation devant l'ampleur du trafic de migrants en Méditerranée, et ses conséquences humanitaires, politiques et sécuritaires pour la Libye et au-delà", a noté Antoine Michon de la mission diplomatique française auprès de l'ONU.
"On peut toutefois regretter que le texte ne soit pas plus explicite dans le rappel des positions du Conseil sur ce sujet grave", comme sur le droit de la Mer, le crime organisé international et les réfugiés, a-t-il ajouté.
Cette nouvelle résolution fixe "les mêmes obligations juridiques" pour la mise en œuvre de l'autorisation d'inspecter des navires en mer que les textes précédents en 2017, 2016 et 2015, a fait valoir de son côté le représentant britannique, Jonathan Allen.
Dans un rapport qui a servi de base au renouvellement du droit d'inspecter des navires suspects, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, relève qu'un "nombre trop élevé" de migrants, dont des femmes et des enfants, continuent de risquer leur vie pour traverser la Méditerranée en étant la proie de passeurs exploitant leur

Vendredi 5 Octobre 2018

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com