Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projection en avant-première du film documentaire “Une oasis d'espoir”




Le film documentaire "Une oasis d'espoir" de ses réalisateurs Nicolas Van Ingen et Jean-Baptiste Pouchain a été projeté en avant-première à M'hamid El Ghizlane dans le cadre des activités de la 9ème édition du Festival international de Taragalte. Coproduit par InFocus & Ushuaia TV, ce film de 52 minutes relate le destin mêlé de deux protagonistes, à savoir la vallée du fleuve Drâa, un ruban de palmeraie cultivé par les hommes et bordé par le désert du Maroc, et Tahar El-Ammari, fils d'anciens éleveurs et agriculteurs de la tribu des Aribs, dépositaires d'une culture nomade millénaire. Approché par la MAP à cette occasion, le personnage principal du film, Tahar El-Ammari révèle qu'en plus de sa vocation de relater l'histoire de Drâa et sa civilisation agricole, qui entretenaient autrefois plus de 1.100 km de vallée fertile, ce film documentaire met en avant les efforts consentis par ce jeune paysan en vue de réhabiliter cette oasis, lieu de sa naissance, dit "le Petit Paradis" (Ergsmar en amazigh), qui fut abandonné après la sédentarisation des anciens nomades, qui y faisaient escale jadis. "J'ai œuvré d'arrache-pied afin de créer une oasis dans cet ancien village abandonné, pour pouvoir assurer aux agriculteurs une sorte d'autosuffisance et une autonomie alimentaire, dans une région où la sécheresse et la désertification affectent de plein fouet le territoire", a-t-il dit. Ce film ambitionne par ailleurs de sensibiliser aux contraintes environnementales importantes dont souffre la région de Drâa, telles que l’irrégularité des précipitations et la pénurie des eaux de surface, a-t-il ajouté, notant que cette région est vivement exposée à la désertification, en partie à cause des contraintes climatiques mais aussi en raison des activités anthropiques.
"Une oasis d’espoir" a reçu le Grand prix du documentaire au Green Awards Festival de Deauville en juin 2018. Il tire la sonnette d'alarme sur l’ampleur des dégâts écologiques auxquels est confronté cet espace ancestral.



 

Mardi 30 Octobre 2018

Lu 278 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif