Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projection à Washington de plusieurs court-métrages marocains




Projection à Washington de plusieurs court-métrages marocains
Six productions cinématographiques du projet «Sahara Lab», montrant divers aspects du patrimoine sahraoui marocain, ont été projetés vendredi dernier dans la capitale américaine Washington. Il s’agit de «Shoar» de Omar Meyara, «Amshakab» de Malika Maa Elaynayne, «Az» de Mounir Najib, «Jaouf El Ghard» de Salem Bilal, «Tan Tan» de Saadani Maa Elaynayne, et «Sounds and Echos» de Mohamed Fadel El Joumani, qui traitent de la culture du Sahara et sa population en tant que composantes essentielles de l’identité marocaine. Ces courts métrages ont été réalisés par de jeunes Marocains originaires des provinces du Sud qui avaient été sélectionnés dans le cadre du Sahara Lab, pour bénéficier de sessions de formation aux différents métiers du film documentaire avec le soutien technique et académique d’un nombre de professionnels, marocains et étrangers.
«Créé en 2015, Saraha Lab permet aux étudiants, sans expérience cinématographique, de partager avec le public les spécificités socioculturelles propres aux populations du Sahara marocain notamment des régions de Ouarzazate, Dakhla, Guelmim et Smara», a indiqué Hakim Belabbes, réalisateur maroco-américain et initiateur de ce projet lors d’un débat ayant suivi la projection de ces films. Pour la première année, quatorze films ont été réalisés avec un minimum de frais, a-t-il souligné, relevant que cette initiative, totalement autofinancée, est de bon augure pour l’avenir des films documentaires et des autres genres de la production cinématographique dans les provinces du Sud. 
Pour sa part, Hammadi Guerroum, critique de cinéma, et cofondateur du projet, a relevé que ce n’est que le début pour cette initiative qui continuera de servir de «plateforme universelle à la recherche de talents cachés et de potentiels inexploités pour explorer l’esprit et l’âme sahraouis qui se caractérisent par sa spiritualité très profonde». D’après M. Guerroum, ce projet inédit ambitionne également d’être le noyau d’un nouveau cinéma marocain qui se démarque par sa simplicité, son économie de moyens, et sa créativité et originalité. Pour ces créateurs sahraouis, cette expérience cinématographique a été l’occasion de redécouvrir leur patrimoine et de transmettre au public, au Maroc et ailleurs, leur propre vision de ce legs ancestral.



Libé
Mercredi 1 Mars 2017

Lu 308 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal