Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Près de 24.000 bénéficiaires des programmes de réinsertion des détenus

Lutte contre l’analphabétisme, éducation et formation professionnelle ont le vent en poupe




Près de 24.000 bénéficiaires des programmes de réinsertion des détenus
Le nombre de détenus bénéficiaires des programmes de réinsertion a atteint 23.946 en 2017, enregistrant une hausse de 36% par rapport à 2016, a indiqué, mercredi à Rabat, le délégué général à l'Administration pénitentiaire et à la Réinsertion, Mohamed Salah Tamek, à l'occasion de la commémoration de la Journée nationale du détenu.
Dans une allocution de circonstance, il a précisé que le nombre de bénéficiaires des programmes de réinsertion comprenant la lutte contre l’analphabétisme, l’éducation et la formation professionnelle, a connu une hausse significative cette année, en raison de «la crédibilité dont jouissent ces programmes qui répondent aux besoins des détenus en matière de connaissance et de culture et qui leur permettra par la suite de développer les compétences nécessaires favorisant une réinsertion harmonieuse au sein de la société».
Ces chiffres devraient croître davantage à la faveur des moyens humains et financiers mis en œuvre pour la réussite de ces programmes, notamment à travers l’implication de plusieurs partenaires dont la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des détenus, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et l’Observatoire national des prisons, a-t-il ajouté.
Le délégué général a, par ailleurs, souligné que le programme national des compétitions de l’année 2017 a connu la participation de 36.145 détenus qui se sont distingués dans différents domaines sportifs, culturels et religieux, notant que cette cérémonie est l’occasion de récompenser les lauréats de cette année.
Il a aussi loué les efforts considérables fournis par la Délégation générale à l'Administration pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) et par ses partenaires, dans la réhabilitation des établissements pénitentiaires et l’amélioration des conditions de détention des détenus, appelant l’ensemble des secteurs publics ainsi que la société civile à une implication sérieuse et responsable pour la réalisation de cet objectif.
De son côté, le directeur chargé de l'action sociale et culturelle au profit des détenus et de leur réinsertion relevant de la DGAPR, Mustapha Lafrakhi, a souligné, dans une déclaration à la MAP, que le but de ce genre de manifestation consiste à renseigner sur les efforts fournis par cet organisme et ses partenaires dans le cadre de la réinsertion des détenus après leur libération, en les préparant à mieux assumer leurs responsabilités personnelle, familiale et sociale, à travers des programmes d’éducation, de formation et d’apprentissage de métiers pour subvenir à leurs besoins et mener une vie décente.
Il a indiqué que cette soirée est également l'occasion de récompenser les détenus lauréats des différentes compétitions sportives et culturelles auxquelles ont pris part plus de 33.000 détenus.
S’agissant des autres programmes de réinsertion, le directeur a rappelé que plus de 20.000 détenus bénéficient de programmes de formation, d’éducation et de lutte contre l’analphabétisme, précisant que ces chiffres connaissent au fur et à mesure une croissance significative, notamment à travers l’augmentation de la capacité d’accueil des centres pédagogiques et des instituts spécialisés dans la formation, outre l’intérêt grandissant des détenus pour ce genre de programmes.
Organisée par la DGAPR, en collaboration avec la Fondation Mohammed VI pour la Réinsertion des détenus, à l’occasion de la Journée nationale du détenu, sous le thème «La qualification des détenus entre réinsertion, communication et ouverture», cette soirée se veut une occasion de dresser le bilan des réalisations des programmes de réinsertion initiés par la DGAPR, en partenariat avec le PNUD en mars 2016.
La soirée, qui s’est déroulée au Théâtre national Mohammed V à Rabat, a été agrémentée par des spectacles variés interprétés par des détenus, et a été également l’occasion de couronner les lauréats des différentes compétitions culturelles et sportives, au titre de l’année 2017.
La célébration de cette Journée nationale a permis également l’organisation de plusieurs activités, dont des séminaires et tables rondes au niveau de l’ensemble des établissements pénitentiaires du Royaume avec la participation de 225 acteurs du secteur public et de la société civile.
La soirée a eu lieu en présence du secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, du directeur de l'Agence nationale de lutte contre l'analphabétisme, Mahmoud Abdesmih, du président de l'Université Mohammed V de Rabat, Said Amzazi, ainsi que de plusieurs responsables et élus locaux.

Vendredi 22 Décembre 2017

Lu 533 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés