Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Pour une mémoire d'avenir

Rabat au Salon du livre


Libé
Lundi 6 Juin 2022

Pour une mémoire d'avenir

Une rencontre a été organisée, vendredi à Rabat, pour la présentation d'une approche synchronique de la capitale du Royaume visant à évoquer les rôles historiques de l'une des plus importantes villes dans l'Histoire du Maroc en vue de la doter d'"une mémoire d'avenir".

Initiée dans le cadre de la 27ème édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL), cette rencontre a été l’occasion de mettre la lumière sur l'histoire de la ville de Rabat, tout en prenant en compte son cachet urbanistique ancestral et son pluralisme identitaire.


Lors de cette rencontre à laquelle ont pris part l’écrivain Mohamed Nassiri et le président de l’Association Ribat Al Fath pour le développement durable, Abdelkrim Bennani, l’accent a été mis sur l’histoire de la ville répertoriée par des chercheurs marocains, arabes et étrangers et écrites par des poètes et historiens.


S’exprimant à cette occasion, M. Nassiri a indiqué que Rabat se distingue par la singularité de son patrimoine par rapport aux autres villes du Royaume et son positionnement géographique privilégié, étant donné que les Almoravides ont posé les premières pierres à l'Oudaya, comme étant un lieu de culte et un rempart de défense de la ville contre les agressions étrangères, ainsi qu’un point de relais entre le nord et le sud du Maroc. 
Il a également mis en exergue les caractéristiques urbanistiques historiques distinguées de la ville, qui a connu une mutation urbaine historique à l’ère des Almohades.


Pour ce qui est du pluralisme identitaire des habitants de Rabat, M. Nassiri a souligné dans son intervention que cette ville a connu une migration massive des Andalous au 15ème siècle et au début du 17ème siècle, qui se sont installés dans la Kasbah des Oudayas, faisant savoir qu’ils ont contribué à octroyer à la ville un caractère andalou, tout en veillant à préserver le cachet urbanistique des Almohades.


Pour sa part, M. Bennani a noté que toutes les dynasties qui se sont succédé au Maroc ont veillé à la préservation du cachet urbanistique de la ville de Rabat, à l'instar des Almoravides, des Almohades et des Saâdiens jusqu'aux Alaouites. 
Il a également mis l’accent sur les rôles des femmes de Rabat, jadis appelées "Sacrées femmes" issues de l’Andalousie, faisant savoir qu’elles dispensaient des cours au profit des femmes dans les Zaouïas, en plus de leurs contributions littéraires, en l’occurrence, Aisha El Ronda, la première femme jouraliste marocaine.


A noter que la 27ème édition du Salon international de l’édition et du livre, organisée à l’espace OLM Souissi en partenariat avec la Wilaya de Rabat-Salé-Kénitra, le Conseil de la région de Rabat-Salé-Kénitra et la Commune de Rabat, constitue une consécration pour cette ville en tant que capitale culturelle du Royaume, capitale africaine de la culture et capitale de la culture dans le monde islamique pour l'année 2022.




Lu 1652 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >