Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peut-on rire de tout au Maroc ? Pas sûr

Le café servi par “Al Aoula” a un goût amer pour le barreau


Le personnage d’avocat dans la sitcom «Café moitié moitié (kahwa nas nas)» semble indigeste pour l’Association des jeunes avocats (AJA). Cette dernière vient de porter plainte devant la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) afin qu’elle prenne les décisions appropriées. Selon ladite association, la série diffusée sur la première chaîne nationale depuis le début du ramadan serait préjudiciable aux avocats ainsi qu’aux usages et principes de cette profession.

Dans leur plainte, les jeunes avocats estiment que les épisodes de cette sitcom diffusés les 15 et 16 avril derniers ont constitué une insulte et une atteinte grave à la mission des hommes et femmes en robe noire ainsi qu’un non-respect patent à l’égard de la robe d’avocat. Pour eux, la création artistique et la comédie ne doivent pas être au détriment de la profession des avocats qui demeure un métier encadré par des normes et des principes universels. Mieux, ils pensent que la liberté d’expression dans le secteur audiovisuel doit s’exercer dans le respect total des valeurs civilisationnelles et des lois en vigueur.

En effet, l’AJA a critiqué vivement le fait de porter la robe d’avocat dans un café et la distribution des cartes de visite ainsi qu’une scène encourageant la corruption. Pour les membres de l’AJA, ces scènes n’avaient aucune valeur dramatique ou artistique et n’ont rien de l’art de la comédie. Au contraire, précisent ils, il s’agit bien de comportements qui se contredisent avec les règles de la profession, ses usages et ses coutumes. Pis, elles représentent une provocation et une incitation au non-respect envers les avocats.

Pour l’AJA, la loi est claire. Le Dahir n° 1.08.101 du 20 octobre 08 portant promulgation de la loi n° 28.08 organisant la profession d’avocat (B.O. 6 nov 2008), précise dans son article premier que «la profession d’avocat est une profession libérale indépendante qui assiste la magistrature pour rendre la justice; les avocats font dans ce sens partie de la famille judiciaire ». Elle ajoute que si la loi (03-77) relative à la communication audiovisuelle indique dans son article 3 que « la communication audiovisuelle est libre », elle précise, pourtant, que « cette liberté s’exerce dans le respect de la dignité de la personne humaine, de la liberté et de la propriété d’autrui, de la diversité et du caractère pluraliste de l’expression sous toutes ses formes des courants de pensée et d’opinion ainsi que dans le respect des valeurs religieuses, de l’ordre public, des bonnes mœurs et des besoins de la défense nationale ». Elle ajoute également que cette liberté doit « s’exercer également dans le respect des exigences de service public, des contraintes techniques inhérentes aux moyens de communication ainsi que de la nécessité de développer une industrie nationale de la production audiovisuelle ».

L’AJA fait également référence aux articles 8 et 9 du même texte de loi qui stipulent la nécessité de «présenter objectivement les événements» ainsi que le fait que les émissions et les reprises de programmes ou de parties de programmes ne doivent pas être susceptibles de « comporter, sous quelque forme que ce soit, des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur les consommateurs ».

De son côté, Ahmed Radssi, journaliste spécialiste dans le domaine de la télévision et du cinéma, souligne qu’il faut prendre les productions cinématographiques et télévisuelles avec certaine allégresse et se garder de faire dans l’extrapolation. « La dernière sortie médiatique des jeunes avocats n’est pas la première et ne sera pas la dernière. Plusieurs corps de métiers ont déposé plainte auprès de la HACA en estimant que telle série ou tel film est préjudiciable à l’image de leur profession. Et ce n’est pas une exception marocaine, puisque nombreux sont les pays arabes qui connaissent ce phénomène, en particulier en Egypte », nous a-t-il expliqué. Et de préciser : «Les productions dramatiques et comiques se basent, en principe, sur la fiction et des personnages créés et imaginés par un scénariste et qui correspondent peu ou trop à la réalité. Ceci d’autant plus que dans chaque corps de métier, il y a de mauvais éléments qui portent atteinte à la profession. Un mauvais exemple ne représente en rien toute une profession».

Et qu’en est-il de la position de la HACA sur ce genre de plaintes ? « Cette institution prend avec beaucoup d’allégresse ces dossiers. Et l’ensemble de ses décisions ont été dans le sens de la défense de la liberté d’expression. Pour les sages de la HACA, un œuvre artistique reste l’œuvre de l’imaginaire et de la fiction », nous a précisé Ahmed Radssi. Et de conclure : « Les artistes et les producteurs, de leur côté, estiment qu’ils agissent de bonne foi et qu’ils n’ont jamais l’intention de porter préjudice à quiconque. Pour eux, il s’agit bien de la création purement artistique ni plus ni moins ». 

Hassan Bentaleb
Jeudi 22 Avril 2021

Lu 265 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS