Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Perspectives prometteuses pour l’économie nationales en 2020

Le CMC table sur une croissance de 4,6%




Phs : Lmoussaoui
Phs : Lmoussaoui
Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a rendu publiques, jeudi dernier, ses principales conclusions sur la dynamique conjoncturelle en cours, à trois mois de la fin de l’exercice 2019, et ses perspectives de croissance pour l’année 2020.
Sur la foi des différents indicateurs et des indices précurseurs avancés, il ressort que « les performances de l’économie nationale s’annoncent prometteuses pour l’année 2020», a-t-il été souligné lors d'un point de presse tenu à Casablanca, relevant que la performance de l’exercice prochain devrait remettre le curseur au bon endroit et permettre ainsi une relance vigoureuse de l’économie au cours de cette troisième décennie du millénaire.
En effet, malgré les hypothèses moyennement bonnes retenues aussi bien pour l’environnement international que pour les principaux déterminants de l’économie nationale, «nous projetons un taux de croissance de 4,6% au titre de l’exercice 2020  contre 2,6% pour l’exercice en cours», a indiqué le directeur général du CMC, Ahmed Laaboudi.
« Les signes précurseurs observés laissent présager un certain relâchement des tensions économiques et financières favorables à cette orientation soutenue », ont tour à tour soutenu Ahmed Laaboudi et M’Hammed Tahraoui (membre du CMC), à l’occasion de la présentation du rapport annuel  dudit Centre (« Maroc Perspectives »), intitulé « 2020, année de rattrapage? ».
Après une année 2019 relativement sèche où le secteur agricole a été affecté à travers la céréaliculture, le CMC a estimé que l’économie nationale devrait, avec toutes les précautions d’usage, enregistrer un bond notable l’année prochaine. Et le CMC de préciser que son scénario exploratoire se base sur une donne d’hypothèses moyennes, un relèvement de la production agricole et sur un prolongement suffisamment dynamique des tendances des autres secteurs.
Quoi qu’il en soit, la croissance de 2020 dépendrait pour beaucoup de la campagne agricole prochaine dont les résultats seraient, selon toute probabilité, bien meilleure que ceux de la campagne qui vient de s’écouler, a affirmé le Centre, ajoutant que la campagne céréalière 2020 /2021 serait moyenne et déboucherait sur une évolution  en volume de 10% de la valeur ajoutée agricole en 2020.
Concernant les activités du secteur manufacturier, il ressort des premières projections du CMC qu’elles poursuivraient une trajectoire ascendante pour 2020.
En effet, la valeur ajoutée en volume des industries manufacturières afficherait une progression de 3,4%; l’industrie extractive consoliderait les acquis réalisés durant les trois dernières années avec un taux de croissance de 5,5% ; le secteur du BTP trouverait le sentier de la croissance, sa valeur ajoutée  évoluerait de 3%, a  souligné M’Hammed Tahraoui.
Pour leur part, les ventes de ciment et les crédits à l’immobilier attesteraient cette bonne orientation et le secteur tertiaire devrait enregistrer un taux de croissance global de 3,9%, a-t-il poursuivi relevant que le secteur tertiaire devrait enregistrer un taux de croissance global de 3%.
Après avoir subi une érosion au cours de 2019, « la consommation des ménages devrait connaître un nivellement substantiel pour compenser la perte de pouvoir d’achat essuyée cette année », a-t-il estimé.
Au chapitre emploi, le CMC parle d’une détente relative du marché du travail consécutive au relèvement attendu de la production agricole et à la reprise que connaîtrait le secteur du BTP. Ainsi, et à la faveur des recrutements que le secteur public pourrait effectuer, le taux de chômage devrait fléchir de 0,3 point par rapport à celui de l’exercice en cours ».
A propos des prévisions de croissance pour l’année 2019, Tarik El Malki, membre du comité scientifique du CMC, a estimé qu’«elles sont modestes pour ne pas dire faibles. On prévoit 2,6% de croissance pour cette année. Ce qui nous interpelle, dans la mesure où pour véritablement pérenniser son développement économique le Maroc a besoin d’arriver à des taux de croissance de 6% à 7%. La mauvaise année agricole a  donc engendré un taux de croissance assez modeste  ».
S’agissant du scénario de rattrape fixant le taux de croissance pour l’année 2020 à 4,6%, il a estimé que « ce n’est pas un exploit en soi dans la mesure où ce taux intervient après un 2,6%. Ce qui pose un certain nombre de questions  de fond, notamment concernant le niveau de l’investissement par rapport au PIB, qui se situe autour de 30%, mais n’impacte pas réellement la croissance  sur le plan quantitatif ou quantitatif», a-t-il commenté, notant que le chômage reste même alarmant, malgré les indicateurs donnés par le Haut-commissariat au plan (HCP).
Soulignons que l’objectif de cette rencontre était de présenter le bulletin spécial publié à l’instar de chaque année par le CMC qui consiste à exposer les prévisions de croissance pour l’année en cours et le cadrage pour l’année suivante.
Ainsi que l’a fait remarquer Tarik El Malki, « pour cette année, cet exercice intervient dans un contexte particulier marqué par la réflexion nationale autour du nouveau modèle de développement dans ses multiples dimensions institutionnelle, économique et politique, financière,  sociale et culturelle », notant que S.M le Roi a appelé dernièrement de ses vœux à la refonte du modèle qui a prévalu ces trente  dernières années.
A ce propos, a-t-il rappelé, le Centre a déjà élaboré un certain nombre de scénarii, à l’issue d’un bulletin spécial  publié il y a une année où on proposait des voies d’émergence sur la base d’un certain nombre de  scénarii de croissance. "L’hypothèse de base était que le modèle économique orienté vers  la demande intérieure était arrivé à saturation et la meilleure  preuve, c’est que le taux de croissance moyen de ces dix dernières années n’a pas dépassé les 3,5% de croissance par an." 
A noter que sur le plan international, le CMC est persuadé que les réunions et les négociations qui se sont succédé ces derniers temps augurent d’un armistice partiel de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et qu’elles «dégagent aussi des soupçons d’un dénouement favorable au problème du Brexit ».
Il prévient toutefois que « des zones d’ombre persistent (encore) et pourraient parasiter la trajectoire des performances prévues voire inverser la vapeur de cette heureuse tendance ». Allusion aux situations assez chaudes de quelques points géopolitiques, conflit entre les Etats-Unis et l’Iran, la dette financière  qui s’est exacerbée pour un grand nombre de pays et la volatilité du pétrole.




 

Alain Bouithy
Samedi 28 Septembre 2019

Lu 2690 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >