Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Percée diplomatique du Maroc dans l'isthme centraméricain

L'échec de la thèse séparatiste en Amérique latine est on ne peut plus patent




Le Maroc a réussi une percée diplomatique majeure en Amérique centrale en faveur de la question de l'intégrité territoriale. Une nouvelle ère a été amorcée dans les relations du Royaume avec des pays comme le Salvador, le Costa Rica et le Guatemala, dans le cadre d'une reconfiguration de la donne géostratégique dans la région.
En plus de servir d'occasion idoine pour le Maroc de faire valoir ses divers et importants atouts et mobiliser les soutiens à la question de l'intégrité territoriale, la visite de travail effectuée, en juin dernier, dans la région par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a constitué également un moment fort qui traduit la détermination du Maroc à hisser au plus haut niveau la coopération Sud-Sud.
Dans le cadre de cette action diplomatique aux contours bien définis, l’année qui s'achève a été marquée par la décision du gouvernement salvadorien de retirer sa reconnaissance de la pseudo-RASD et de rompre toute relation avec le Polisario, dans un soutien plein et entier à la marocanité du Sahara.
L'échec de la thèse séparatiste en Amérique latine est désormais on ne peut plus patent. Depuis l'an 2000, pas moins de 17 pays de la région ont ainsi retiré leur reconnaissance à l'entité chimérique.
Le Salvador, qui a opéré un virage au centre du spectre politique avec l'arrivée au pouvoir du président Nayib Bukele a immédiatement procédé au retrait de sa reconnaissance de la pseudo-RASD. Sous le leadership de S.M le Roi Mohammed VI, la diplomatie marocaine s'est mobilisée avec vigueur pour concrétiser ce revirement de position en faveur de la question nationale, consolidant ainsi les acquis consécutifs réalisés au niveau de l'Amérique centrale.
La visite effectuée par Nasser Bourita, marquée par une série de rencontres fructueuses avec les autorités de San Salvador, notamment le nouveau président de la République Nayib Bukele et la ministre salvadorienne des Relations extérieures, Alexandra Hill Tinoco, a constitué l'occasion pour l'initiation d'une nouvelle ère dans les relations bilatérales sur la base de l'amitié et de la coopération solidaire.
La position ferme du Salvador à l'égard de l'intégrité territoriale du Royaume a, de nouveau, été réitérée par la ministre des Affaires étrangères de ce pays centraméricain lors de sa rencontre, le 19 décembre à Rabat, avec son homologue marocain.
Au cours de sa visite, Alexandra Hill Tinoco a qualifié l'Initiative marocaine d'autonomie comme étant la seule et unique solution sérieuse, crédible et définitive à même de mettre un terme au conflit du Sahara qui n'a que trop duré.
Même son de cloche du côté du Guatemala, un pays traditionnellement ami du Royaume qui a, pour sa part, réaffirmé sa position à l'égard de la question du Sahara marocain, à l'occasion de la visite officielle effectuée au Maroc, en septembre dernier, par le vice-ministre guatémaltèque des Relations extérieures, Luis Carranza Cifuentes.
S'exprimant lors d’un point de presse, au terme d'un entretien avec Nasser Bourita, le haut responsable guatémaltèque a réitéré la position officielle de son pays qui consiste à appuyer les efforts du Maroc en faveur de la recherche d’une solution politique pour résoudre ce différend régional, considérant que l’Initiative marocaine d’autonomie est la base réaliste, crédible et sérieuse pour une solutions négociée entre les parties, dans le cadre du respect de l’intégrité territoriale du Maroc et de sa souveraineté nationale.
Par ailleurs, et dans le cadre de la diplomatie parlementaire, le Costa Rica a exprimé, pour sa part, en novembre dernier, par le biais du Président de l'Assemblée législative de ce pays, Carlos Ricardo Benavides, le soutien à la proposition marocaine d'autonomie, en vue d'aboutir à une "solution définitive et pacifique" au différend autour de la marocanité du Sahara.
Cette déclaration a été faite par Carlos Ricardo Benavides, à l’occasion de la séance plénière du Congrès costaricain, qui s’est déroulée en présence d’une délégation parlementaire marocaine, en visite au Costa Rica, conduite par le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach.  Ces avancées notoires qui traduisent le soutien grandissant en faveur de l'intégrité territoriale du Royaume sont le fruit de l'offensive diplomatique marocaine menée dans des pays centraméricains autrefois alignés sur les thèses des séparatistes, mais désormais convaincus de la légalité et de la pertinence de la position du Maroc et de la justesse de sa cause nationale.

Vendredi 3 Janvier 2020

Lu 2461 fois


1.Posté par Oujdi le 03/01/2020 11:23 (depuis mobile)
Continuez le travail vous êtes sur le bon chemin mais avec fermeté et justice sera rendu et la trahison a la poubelle de l''histoire

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com