Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pauvreté et vulnérabilité

Concernant le Maroc, la note de la Banque mondiale se fait alarmante pour les zones rurales notamment


Hassan Bentaleb
Jeudi 6 Avril 2023

Pauvreté et vulnérabilité
Mauvaise nouvelle : la pauvreté risque de toucher de plus en plus de Marocains, notamment dans le monde rural.  Selon une récente note de la Banque mondiale, si les projections neutres sur le plan de la répartition affichent une stagnation de la pauvreté nationale pour l'année en cours, il est plus probable que le bas de la distribution soit touché de manière disproportionnée, avec une augmentation conséquente de la pauvreté, en particulier dans les zones rurales, plus vulnérables aux chocs climatiques, et des inégalités. D’autant qu’une grave sécheresse affectant la production intérieure et les revenus des agriculteurs, associée à la hausse des prix des denrées alimentaires et de l'énergie générée par le conflit en Ukraine, a entraîné une détérioration des conditions de vie et de la sécurité alimentaire en 2022.

Pour certains analystes, ces hausses probables étaient attendues notamment après la sonnette d’alarme tirée par l’étude du HCP, datant de 2022 et concernant la pauvreté et la vulnérabilité au Maroc. En effet, plusieurs experts ont appelé, suite à la publication de ce document,  à prendre des mesures immédiates pour atténuer les effets de l'inflation en soutenant le pouvoir d'achat des citoyens, en particulier ceux à revenus faibles et moyens.

En effet, ladite étude a révélé que 3,2 millions de personnes supplémentaires à travers le Maroc ont été touchées (1,15 million d'entre elles sont touchées par la pauvreté tandis que 2,05 millions souffrent de vulnérabilité en raison de la crise du Covid-19 et de l'inflation).

L'étude a affirmé que 45% de la détérioration est due au Covid-19 tandis que la flambée des prix des biens a contribué à hauteur de 55% à la pauvreté et à la vulnérabilité des Marocains.
En détail, la crise du Covid et l'inflation ont contribué à une baisse du niveau de vie de 7,2% sur le plan national entre 2019 et 2022. Les ménages déjà défavorisés ont vu le niveau de vie baisser de 8% par personne, passant d'un total mensuel de 7.000 MAD (635 $) à 6.440 MAD (584,6 $) entre 2019 et 2022.

Parallèlement, le niveau de vie des ménages à revenu élevé a augmenté de 7,5%, passant de 47.780 MAD (4.337 $) à 44.200 MAD (4.012 $). Les dépenses alimentaires ont baissé de 11% à 6.640 MAD (602,8 $) par personne au niveau national en 2022. En milieu rural, elles ont baissé de 12,9% (5.320 MAD, soit 482 $), tandis qu'en milieu urbain, la baisse a atteint 10,1% (7.380 MAD, soit 669,98 $).

Pour les analystes du HCP, ce sont près de sept années de progrès vers l'élimination de la pauvreté et de la vulnérabilité qui ont été perdues en affirmant que le Maroc se retrouve avec un niveau de pauvreté et de vulnérabilité similaire aux chiffres enregistrés en 2014.

Une évaluation partagée par la note de la BM qui a indiqué que de 2007 à 2013, le Maroc a connu une réduction significative de la pauvreté. « La pauvreté mesurée avec le seuil de pauvreté national est passée de 8,9% en 2007 à environ 4,8% en 2013. De même, lorsqu'elle est mesurée avec les nouveaux seuils internationaux, la baisse est aussi pointue. Au cours de la dernière décennie, la croissance a été favorable aux pauvres, mais l'écart entre les taux de pauvreté urbains et ruraux reste important », indique la note. Et d’ajouter : «En 2013, la moyenne de la consommation des ménages urbains était presque le double de celle des ménages ruraux. De 2006 à 2013, la croissance de la consommation des ménages des deux quintiles inférieurs a été de 3,8% contre une croissance moyenne de 3%. L'évolution des inégalités de consommation est décevante depuis 2000, le coefficient de Gini stagnant autour de 40 points ».

Sur un autre registre, la BM a révélé que « l'analyse réalisée par l'Institut national de la statistique sur la base d'un panel collecté suite à la nouvelle Enquête sur le budget des ménages suggère qu'en 2020 les ménages pauvres ont été touchés de manière disproportionnée par la pandémie de Covid, et que les plus vulnérables opèrent dans le secteur urbain, informel et occupent des emplois précaires dans les secteurs des services et de l'artisanat d'art » , souligne la note. Et de poursuivre : « Après la forte augmentation de la pauvreté en 2020, les conditions de vie ont commencé à se normaliser progressivement en 2021 en raison d'une amélioration des performances du marché du travail et d'une année agricole exceptionnellement bonne ».

Hassan Bentaleb

Concepts et définitions

Pauvreté absolue :
La pauvreté absolue est celle dont le seuil est calculé en majorant celui de la pauvreté alimentaire du coût d’une dotation minimale de biens et services non alimentaires. La dotation retenue à cet effet est celle réalisée par les ménages qui ne satisferaient leurs besoins alimentaires que lorsqu'ils leur consacraient le total de leur budget. Le taux de pauvreté absolu est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au-dessous de ce seuil.

Pauvreté alimentaire :
La pauvreté alimentaire se réfère à un panier de biens et services alimentaires permettant le minimum requis en calories, calculé en appliquant la norme (Le minimum requis en calories par individu et par jour a été établi en appliquant la Table des besoins énergétiques recommandés (Recommended Daily allowance, FAO-OMS) à la structure de la population marocaine selon le sexe, l’âge et la situation des femmes vis-à-vis de la grossesse et de l’allaitement) recommandée par la FAO et l’OMS à la structure de la population. Le seuil retenu est le coût du panier de biens et services permettant ce minimum (1984 Kcal par jour et par personne). Sur la base de ce seuil, le taux de pauvreté alimentaire est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au dessous de ce seuil.

Pauvreté relative :
La pauvreté relative est celle dont le seuil est obtenu en majorant celui de la pauvreté alimentaire du coût d’une dotation plus conséquente de biens et services non alimentaires. La mesure de cette majoration, conformément à l’approche d’allocation des dépenses non alimentaires recommandée par la Banque mondiale, retient la moyenne des dépenses non alimentaires réalisées par les ménages qui atteignent effectivement le minimum alimentaire requis. Le taux de pauvreté relative est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au-dessous de ce seuil.

Vulnérabilité :
La vulnérabilité appréhende la fraction de la population qui est au-dessus du seuil de pauvreté relative, mais qui risque de se trouver en deçà de ce seuil si des aléas de différentes sortes affectent sa situation économique et sociale. Sur cette base et conformément à l’approche de la Banque mondiale, est dit vulnérable tout ménage dont la dépense totale se situe entre le seuil de pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil.

Taux de pauvreté :
C’est la proportion des personnes pauvres dans la population, voire le pourcentage des individus membres d’un ménage dont la dépense par tête est inférieure au seuil de pauvreté relative. En 2007, ce seuil a été de 3.834 DH par personne et par an en milieu urbain et de 3.569 DH par personne et par an en milieu rural.

Taux de pauvreté relative :
Le taux de pauvreté relative est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe au-dessous du seuil de pauvreté.

Taux de vulnérabilité à la pauvreté:
Le taux de vulnérabilité à la pauvreté est la proportion des individus dont la dépense annuelle moyenne par personne se situe entre le seuil de pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil.

Source : HCP


Lu 5155 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p