Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Oum enchante le public souiri aux Nuits du Ramadan

L’évènement célébrait cette année les femmes avec pas moins de 16 concerts dans 12 villes différentes




La chanteuse marocaine Oum a enchanté le public souiri lors d’une soirée musicale ramadanesque organisée récemment, à la Place El Menzeh à Essaouira, par l’Institut français d’Essaouira en partenariat avec l’Association Essaouira-Mogador, dans le cadre des Nuits du Ramadan. Lors de cette soirée musicale, Oum El Ghaït Benessahraoui, de son vrai nom, qui combine plusieurs expressions artistiques y a notamment présenté des titres de son dernier album «Zarabi» où elle chante l’amour, l’espoir, la liberté, les hommes et la vie. L’album évoque un Maroc pluriel, où le désert côtoie les palmeraies et les plaines verdoyantes. La voix affirmée de Oum, entre des aigus perçants et des chœurs légers, fait osciller les émotions au fil de l’écoute, telle une branche d’olivier tantôt caressée par une douce brise, tantôt accrochée pour en cueillir le fruit.
Notons que les chansons de l’album ont été enregistrées en extérieur, comme pour capturer sur disque le souffle du désert tout proche. L’atmosphère de l’album rappelle un concert acoustique en plein désert, un mirage sonore au rythme d’un groove jazz-oriental. «Zarabi signifie tapis, au pluriel, en darija. Il se trouve que nous avons enregistré l’album à M’hamid El Ghizlane. C’est un village qui m’est cher et où se tient un festival dont je suis marraine depuis 4 ans, dédié aux cultures des peuples nomades. Je suis très attachée à ce lieu. Le nom Zarabi est un hommage aux femmes du village, qui tissent des tapis à partir de vieux vêtements», précise Oum. Concernant l’idée d’enregistrer l’album en plein désert, l’artiste nous explique : «Au départ, nous avions installé tout le matériel dans la cour de la maison où mes musiciens et moi étions réunis pour la semaine, à Mhamid El Ghizlane». Et d’ajouter : «Mais rapidement, nous avons senti qu’il nous fallait le faire à l’extérieur ; nous n’étions pas venus jusque-là pour rester enfermés. Evidemment, le désert est tout sauf prévisible. Alors ne vous étonnez pas d’entendre parfois le vent souffler, ou un oiseau chanter».
Née à Casablanca en 1978, Oum passe sa jeunesse à Marrakech. Elle y développe des capacités certaines dans les arts plastiques et le chant. A quatorze ans, son goût prononcé pour le jazz et les musiques noires la pousse à intégrer une chorale de gospel dont elle deviendra vite une des solistes. Sa voix singulière, à la fois douce et puissante, réussit à combiner les éléments de sa culture d’origine, et ceux du patrimoine musical universel qu’elle explore. Chanteuse, auteure et compositrice, Oum commence en chantant une soul éclectique dans son premier album “Lik Oum” qui mêle pop, hip-hop et blues, avant de passer, trois ans plus tard avec Sweerty, à l’affirmation de son talent de Melody-Maker inspirée de la soul et du jazz. Vient ensuite l’album de la consécration, “Soul of Morocco”, qui séduit un public de connaisseurs aussi bien au Maroc qu’en Europe et dans le monde arabe.
Il est enfin à rappeler que les Nuits du Ramadan de l’Institut français du Maroc célébraient cette année les femmes. Pendant une semaine, 12 villes au Maroc constituaient des lieux de dialogue des musiques du monde. Les Nuits du Ramadan ont fait battre le cœur des villes marocaines avec pas moins de 16 concerts à Agadir, Casablanca, El Jadida, Essaouira, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan.
Mettant à l’honneur les voix de femmes, le Festival a invité le public à découvrir des artistes internationales à travers une programmation éclectique aux sonorités funk, soul, blues, mandingues, africaines et marocaines. Organisées dans le cadre de la Saison culturelle de l’Institut français du Maroc depuis 2012, les Nuits du Ramadan accompagnent ce grand moment annuel de spiritualité qu’est le Ramadan.

Mehdi Ouassat
Mardi 29 Mai 2018

Lu 749 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.