Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

ODD salvateurs

C'est en période de crise que l'on se rappelle l'importance des Objectifs de développement durable



Prise de conscience éphémère cependant

Aune époque marquée par autant de confusion et d’incertitudes, les Objectifs de développement durable (ODD) seront-ils la voie à suivre pour un monde et un avenir meilleurs ? « Oui », ont répondu les participants au festival virtuel, organisé durant trois jours (25, 26, 27 septembre dernier) par la Plateforme mondiale des femmes entreprenantes (PLAMFE). Intervenant au début des travaux de cet événement, Wadia Ait Hamza, Head of the Global Shapers Community au Forum économique mondial, a précisé que nous vivons à une époque qui remet en cause notre manière de penser, de produire et de travailler ainsi que notre supériorité et notre pouvoir en tant que race humaine. Pour lui, c’est l’occasion idéale pour une révision totale de nos modes de vie qui courent le risque de disparaître si l'on ne prend pas au sérieux le défi environnemental. Une prise de conscience qui s’impose, selon Khalid Temsamani, expert international en changements climatiques et en biosécurité, qui a tiré la sonnette d’alarme concernant la régression de plusieurs indicateurs relatifs à la réalisation de l’Agenda 2030. Tel est le cas de la pauvreté extrême qui s’amplifie davantage, la dégradation des conditions de vie de plusieurs millions d'habitants des bidonvilles, la perturbation des services de vaccination dans plusieurs pays et l’aggravation du réchauffement climatique au cours de ces deux dernières années. Une situation qui risque de s’amplifier davantage avec l’impact et les répercussions de la pandémie de coronavirus sur les 17 objectifs de développement durable. Ce qui a commencé comme une crise sanitaire s’est rapidement transformé en la pire crise humaine et économique de notre temps, précise un récent rapport du Secrétaire général de l’ONU. « Les conséquences de la pandémie et les mesures prises pour en atténuer l’impact ont frappé de plein fouet les systèmes de santé dans le monde, entraîné la fermeture d’entreprises et d’usines et durement touché les moyens de subsistance de la moitié de la main-d’œuvre mondiale, empêché 1,6 milliard d’élèves d’aller à l’école, perturbé les chaînes de valeur mondiales et l’approvisionnement en produits et devraient faire retomber des millions de personnes dans la pauvreté et la faim », a-t-il souligné. Pour sa part, Issam Moussaoui, conseiller en développement communautaire et durable au Canada, a indiqué qu’il y a trop de focalisation sur les statistiques et peu d’intérêt accordé à l’impact réel des efforts fournis dans le cadre des ODD. « C’est le cas de l’objectif n°4 relatif à l’éducation de qualité. On s’intéresse trop au nombre d'enfants scolarisés ou ayant abandonné l’école et à celui des écoles construites, mais on accorde peu d’intérêt à l’impact de l’éducation sur le citoyen et sur le monde », a-t-il lancé. Raquel Torres, consultante internationale en management, égalité des sexes et autonomisation des femmes en Espagne, a insisté sur le rôle du financement dans la réalisation des ODD. Pour elle, on ne peut pas parler des ODD sans évoquer la question de leur financement. A ce propos, elle a indiqué que le volume estimé des ressources financières nécessaires pour atteindre les objectifs du programme d’action mondial en faveur du développement durable en matière d’éducation, de santé et d'infrastructures devrait atteindre les 2,6 trillions de dollars. Ces besoins énormes en financement couplés à un contexte de crise, exigent, selon l’intervenante, de repenser les systèmes de management des finances publiques. Dans ce sens, elle préconise la redéfinition des priorités en accordant plus de place à l’environnement et au social, en diversifiant les ressources et en repensant leur utilisation. Mieux, elle estime nécessaire de mettre en place des cadres de financement nationaux intégrés pour financer les priorités nationales et les opérationnaliser. En effet, ces cadres de financement sont censés préciser comment la stratégie nationale sera financée et mise en œuvre. Khalid Temsamani va plus loin. Il a appelé à une synergie mondiale ou plutôt à une convergence des stratégies mondiales (Accord de Paris, ODD, …) afin d’instaurer un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Rajaa Belfkih, secrétaire générale du PLAMFE-Monde et présidente de PLAMFE-Maroc, a souligné que la thématique du développement durable ainsi que l'impact social des activités économiques ont toujours été, bien avant la crise liée au Covid-19, au cœur des préoccupations de PLAMFE Monde et de celle du Maroc. « Cette préoccupation s’est accentuée davantage lors de la crise sanitaire en raison des énormes effets et répercussions de la pandémie sur le social, l’économique et autre; les femmes étant les plus touchées, notamment en Afrique », a-t-elle précisé. A ce propos, elle a indiqué que PLAMFE Maroc a fixé comme but de concentrer ses efforts et son énergie sur l'Objectif n ° 17, lié aux partenariats et à une coopération mondiale solide. En effet, des partenariats inclusifs sont nécessaires, selon elle, afin de mettre en place des programmes de développement durable réussis basés sur des principes et des valeurs et guidés par une vision et des objectifs communs. De son côté, Ehtimad Bensalah-Haddad, vice-présidente de PLAMFE-Maroc, a estimé que l’intérêt et la valeur ajoutée de ce festival consistent à permettre l’échange et le débat entre les différents acteurs concernés et à donner à chaque pays le pouvoir de mettre en avant les actions de la société civile, du secteur privé, des ONG, etc. « Une coopération internationale forte est plus que jamais nécessaire afin de garantir les moyens d’atteindre les objectifs de développement durable », a-t-elle conclu. 

Hassan Bentaleb
Lundi 5 Octobre 2020

Lu 381 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS