Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle manifestation contre les violences policières à Lagos




Des milliers de Nigérians sont à nouveau descendus dans la rue samedi à Lagos, alors que le mouvement contre les violences policières ne cesse de prendre de l'ampleur, a constaté une journaliste de l'AFP. Plus de 10.000 personnes ont envahi les rues du centre-ville de la capitale économique du pays, la plupart brandissant des drapeaux vert et blanc du Nigeria, bloquant les principaux axes de circulation. "Nous ne sommes pas fainéants, nous n'arrivons pas à trouver du travail", proclamaient plusieurs banderoles.

Sur une estrade, des citoyens nigérians étaient invités à raconter leurs expériences de brutalités policières. Le mouvement est soutenu par des célébrités et des stars de la musique ou du sport, au Nigeria ou à l'étranger, via les réseaux sociaux.

Samedi, l'attaquant nigérian de Naples Victor Osimhen a ainsi brandi devant les caméras un t-shirt blanc portant le message: "Mettre fin aux brutalités policières au Nigeria", après avoir marqué un but contre l'Atalanta Bergame, son premier dans le Championnat d'Italie de football. Cette mobilisation inédite de la jeunesse nigériane est née mi-octobre sur les réseaux sociaux, après la diffusion d'une vidéo montrant un homme tué par des agents présumés de la SARS. Cette unité de police est accusée depuis des années de racketter la population, d'arrestations illégales, de torture et même de meurtre.

Face à la pression de la rue, le gouvernement a annoncé dimanche dernier le démantèlement immédiat de cette unité spéciale et promis de réformer la police. Mais ces annonces n'ont pas suffi à apaiser les manifestants, qui demandent désormais au gouvernement de rendre des comptes, de lutter contre la corruption et d'accorder plus de libertés et beaucoup se demandent jusqu'où peut aller ce mouvement de contestation essentiellement porté par la jeunesse du sud du pays

Les premières marches ont d'abord été dispersées violemment par les forces de l'ordre. Au moins dix personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées, selon Amnesty International. Vendredi soir, une foule considérable s'était rassemblée devant un péage de Lagos, devenu l'épicentre de la contestation, pour une veillée funèbre en hommage aux victimes des violences policières, se servant des écrans de leurs téléphones portables comme de torches allumées.

Libé
Dimanche 18 Octobre 2020

Lu 250 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 19:28 Le Pays de Galles reconfiné