Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelle édition du Festival international du documentaire des droits de l’Homme

Le cinéma, notre langue commune



Nouvelle édition du Festival international du documentaire des droits de l’Homme
L’ audiovisuel est l’outil le plus efficace pour sensibiliser le plus grand nombre aux droits humains et la défense des droits de l’Homme dans le monde. Dans ce cadre, la 9ème édition du Festival international du documentaire des droits de l’Homme, initié par le Centre du sud pour le 7ème art et l’Instance nationale des droits de l’Homme, se tient actuellement à Rabat, sous le thème “Le cinéma, notre langue commune”.

L’actualité démontre, en effet, qu’il faut rester vigilant et que rien n’est jamais définitivement acquis en matière de droits, même dans un pays qui se revendique leader en matière de démocratie. Il faut dire que le silence des pantoufles est parfois plus inquiétant que le bruit des bottes, l’indifférence est effectivement la principale menace. La vocation de ce festival se situe là : servir de plateforme de promotion à de nouveaux films ayant pour objet d’informer, alerter et quand c’est possible, d’inciter à l’action.

L’édition de cette année vise également à promouvoir le tourisme dans la région, d’encourager l’intérêt pour le cinéma et de servir la cause nationale dans la cadre de la diplomatie parallèle, a indiqué l’Instance nationale des droits de l’Homme dans un communiqué. Le Festival international du documentaire des droits de l’Homme propose ainsi des films suivis de débats de haut niveau pour dénoncer toutes les violations contre les droits humains partout où elles se produisent. ONG, victimes, artistes, financiers, militants, journalistes et le grand public sont invités à confronter leurs points de vue dans ce lieu unique.

Selon le président du festival, le réalisateur Maher Hachache, les films participant à cette édition, dont le coup d’envoi a été donné vendredi, sont en lice pour trois Prix: le Prix du Festival du long-métrage documentaire, le Prix du Festival du film documentaire et le Prix du jury. Présidé par le réalisateur et président du “Malmo Arab Film Festival” Mohamed Keblawi (Suède), le jury de cette 9ème édition, est composé de la réalisatrice Azza El Hosseiny, directrice du festival “The Luxor African Film” (Égypte), du réalisateur Søren Marcussen (Danemark), du réalisateur et producteur Raffaele Mertes (Italie) et de la chercheuse en cinéma Insaf Ouhiba (Tunisie). La cérémonie d’ouverture du Festival a été marquée par la projection du film “Quiet Unrest Memories” de son réalisateur Søren Marcussen. Un hommage sera, par ailleurs, renduau réalisateur français Ody Roos.

Les films en lice traitent de plusieurs thématiques à dimension humaine notamment les libertés et la protection des droits des migrants et des réfugiés. Ils célèbrent aussi le droit à la différence ainsi que l’importance du dialogue et de la tolérance entre les peuples et les cultures. Le Centre du sud pour le 7ème art aspire à travers cet événement à promouvoir le film documentaire et de faire de ce rendez-vous un espace d’échange d’expériences et d’expertises cinématographiques, a indiqué le réalisateur Hachache. Le Festival vise également à faire du cinéma un outil d’éducation et de dialogue, à promouvoir les films documentaires qui servent les questions arabes, africaines et humanitaires, relève-t-on.

Mehdi Ouassat 

Libé
Vendredi 25 Juin 2021

Lu 912 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS