Nouvel ouvrage de Abdeljalil Lahjomri: Le Rabat des origines, une histoire qui reste à écrire


Libé
Mercredi 30 Décembre 2020

“Le Rabat des origines, une histoire qui reste à écrire”, un nouvel ouvrage du secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, vient de paraître. Les origines de ce livre, coédité par l’Académie du Royaume et Quid.ma, remontent à une chronique “consacrée à une mystérieuse stèle funéraire, une légende à l’histoire aujourd’hui encore inachevée qui taraudait depuis longtemps Abdeljalil Lahjomri”, écrit Naïm Kamal, directeur de publication du portail d’information “Quid.ma” dans un article de présentation du livre. “Ce petit et dense livre”, comme l’a par ailleurs qualifié Naïm Kamal, propose aux lecteurs une plongée dans la mémoire et les quartiers de Rabat d’aujourd’hui, “tout en remontant à ses sources”. M. Lahjomri fait apparaître, souligne-t-il, à travers une étude documentée mais personnalisée de l’histoire de Chella, “Rabat pour ce qu’elle est, la plus impériale des villes impériales du Royaume”, ajoutant que “ce travail a débouché sur une autre chronique, un retour au présent où l’auteur propose de faire des Oudayas un écomusée et de Chella un musée à ciel ouvert”. Dans ce livre, le lecteur découvrira que la recherche a également accouché d’autres chroniques, tant et si bien que le secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume “ne propose pas seulement”, et du fait qu’il est “mû par le souci de l’opérationnalité”, fait savoir Naïm Kamal. M. Lahjomri décline également pourquoi et comment les deux sites précités peuvent retrouver leur place de leviers du développement touristique et, aussi et surtout, d’épanouissement culturel et mémoriel, relève l’auteur de l’article. “La publication de ces chroniques a suscité un riche débat sur la question du patrimoine et donné lieu à plusieurs réactions”, fait-il valoir, notant que le lecteur en trouvera des passages dans un article-écho à la fin de la première partie du livre. Quant à la raison d’être de ce livre, Naïm Kamal indique qu’elle s’explique par le fait que Rabat, en dépit de son statut et de son histoire, “est si mal connue”, ajoutant fièrement, paraît-il, que “c’est un jalon à ajouter aux autres travaux sur la capitale du Royaume”. Et de conclure par les propos du secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc affirmant que, sur ce dernier point, “l’histoire ne pourrait rester ainsi muette”. Selon Khalil Hachimi Idrissi, directeur général de la MAP et Président des Compagnons de Gutenberg Maroc, «M. Lahjomri est un enseignant pédagogue de vocation et patient par nature. «Son terrain de prédilection ce sont les lettres, les belles lettres qui expriment des émotions, des envies, des frustrations, des vérités, des amours, des voyages ou, que sais-je encore, le temps qui passe, le temps qui reste ou le temps qui s’obstine », a relevé M. Hachimi Idrissi. « Ses écrits montrent toujours un homme à l’affût, un stéthoscope à la main, un stylo dans l’autre entrain d’ausculter un corps social qui a mal à sa jeunesse, qui souffre dans ses valeurs et qui doute de son avenir ou de son organisation. C’est un observateur lucide de notre société », at-il souligné.


Lu 666 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.