Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Notre pays est fort de ses institutions, de sa Monarchie, de sa Constitution et de ses lois

Le Premier secrétaire de l’USFP à la rencontre des militantes et militants ittihadis





Nous apportons notre adhésion et notre soutien en tant que parti aux sages décisions initiées par le Souverain

Notre pays est fort de ses institutions, de sa Monarchie, de sa Constitution et de ses lois
Ce sont des messages clairs et forts que le Premier secrétaire de l’USFP a lancés lors de sa tournée dans la région de Marrakech-Safi effectuée dans le cadre des préparatifs des prochaines échéances électorales. Driss Lachguar était accompagné des membres du Bureau politique, à savoir BadiaRadi, Mehdi Mezouari et Mohamed Mellal, des coordinateurs régionaux du parti, AbdelhakAndalibe et Ahmed Mansouri, des membres du Conseil national du parti issus de cette région, des membres des secrétariats provinciaux, des coordinateurs des commissions locales chargées des élections, des coordinateurs des secteurs, des secrétaires des sections locales, des présidents de commune, et des Ittihadis membres de conseils élus.

El Kelaâ des Sraghna : La force de l’Etat provient de la force de ses institutions

« J’ai la conviction que notre pays est fort de ses institutions, de sa Monarchie, de sa Constitution et de ses lois. La preuve en est la pandémie qui a attesté de la force du Maroc. Et la compétition entre nous est une compétition pour le développer, c'est-à-dire que ceux qui y prennent part doivent avoir des projets pour renforcer le processus de développement et surmonter les problèmes».

C'est ce qu’a mis en exergue le Premier secrétaire de l’USFP dans l’allocution qu’il a prononcée lors d’une réunion tenue mardi dernier à El Kelaâ des Sraghna avec le secrétariat provincial du parti, les élus, les secteurs de la femme ittihadie et de la Chabiba ittihadia pour débattre des préparatifs des prochaines échéances électorales.

Il a étayé sa pensée en soulignant que le projet sociétal de l’USFP plaide pour « la justice sociale, contrairement à ceux pour qui celle-ci ne veut rien dire et qui se cachent derrière la logique libérale et ceux qui défendent un projet conservateur dépassé ». Il a également affirmé qu’«au sein de l'USFP, nous considérons le projet initié par S.M le Roi Mohammed VI comme notre propre projet et nous y sommes impliqués, car ses résultats commencent à donner leurs fruits. C'est pourquoi nous avons été le seul parti à avoir rédigé un mémorandum sur le nouveau projet de développement intitulé «Un Etat fort et juste et une société moderne et solidaire».

Les événements sont venus confirmer que ce slogan n'était pas un vœu pieux, mais un fait avéré, et la preuve en est que notre pays est aujourd'hui considéré comme un modèle dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Il nous suffit de rappeler à cet égard que le Maroc a engrangé plus de 300 milliards de dirhams durant la pandémie sous forme de réserves de devises à la mimars, ce qui garantit sa capacité de dépense durant sept mois. Ceci illustre la force de l'Etat que nous défendons ». Dans ce même contexte, Driss Lachguar a évoqué les acquis réalisés par notre pays en ce qui concerne son intégrité territoriale. « Au moment où nous voyons des pays de la région qui s’effondrent et des peuples qui s’entretuent, le Maroc présente un modèle réussi dans la préservation de son intégrité territoriale et dans la bataille qu’il mène depuis son indépendance et qui s'est poursuivie grâce au calme et à la sagesse de ses dirigeants et débouché sur la libération du joug colonial de régions dans le Nord et le Sud dont le Sahara marocain », a assuré le dirigeant socialiste.

Driss Lachguar a égalementsalué lesrécentes décisions prises par S.M le Roi, que ce soit en matière de justice ou d'institutions de gouvernance, considérant qu'ils'agit de décisions visant à renforcer le processus de développement et à le mettre sur la bonne voie. A cet égard, a-t-il déclaré, «nous apportons notre adhésion et notre soutien en tant que parti aux sages décisions initiées par la Souverain ».

Par ailleurs, le Premier secrétaire de l’USFP a vivement critiqué le discours de victimisation véhiculé par le parti majoritaire après l’adoption par le Parlement des nouvelles lois électorales alors que ce même parti a pris part aux consultations qui ont débouché sur un consensus entre les partis politiques. Il a également critiqué le parti (Driss Lachguar fait allusion ici aux déclarations du dirigeant du PAM) qui prétendait qu’il avait défendu ces projets de lois et notamment la question du quotient électoral parce qu’il avait pitié des partis du mouvement national.

Dans le même contexte, il a critiqué le fait que le débat sur les lois électorales se soit limité à une seule disposition, à savoir le quotient électoral,soulignant que la Cour constitutionnelle est la seule autorité habilitée à trancher le débat sur ces lois. Driss Lachguar a aussi considéré que le chef du gouvernement méprise les institutions du pays puisqu’il a qualifié la réforme de ces lois de non démocratique alors qu’elle a été débattue et approuvée par l’institution parlementaire.

A cet égard, il a souligné que le devoir de réserve oblige le chef du gouvernement à s'abstenir de tout commentaire et à attendre que la Cour constitutionnelle rende son jugement par respect pour cette institution constitutionnelle. «C’est là que réside la différence entre quelqu'un qui croit en la force de l’Etat et de ses institutions, et quelqu'un qui demeure tellement otage de ses calculs étriqués qu’il ne se rend même pas compte de l'ampleur et de la gravité de ses propos», a martelé le Premier secrétaire de l’USFP.

Nous avons été le seul parti à avoir rédigé un mémorandum sur le nouveau projet de développement

Marrakech : Le travail de terrain doit être basé sur un diagnostic précis et réaliste de la situation

Le même jour (mardi 23 mars), Driss Lachguar s’est rendu à Marrakech, où il a présidé l'inauguration du nouveau siège du parti sis dans le quartier populaire de Douar El Koudia, La première activité que ce nouveau siège a abritée a été la réunion du secrétariat provincial présidée par le Premier secrétaire de l’USFP et à laquelle ont pris part des membres du secrétariat provincial.

Lors de cette réunion, Abdelhak Andalibe a présenté un rapport exhaustif sur la situation organisationnelle dans la ville ocre, ainsi que sur l’état d’avancement des préparatifs initiés par l’ensemble des sections du parti dans les différentes circonscriptions en prévision des prochaines échéances électorales. Après avoir écouté les interventions d’un certain nombre de membres du secrétariat provincial sur le travail accompli en relation avec ces préparatifs, le Premier secrétaire a prononcé une allocution dans laquelle il a évoqué certains dysfonctionnements, appelant à ce que le travail de terrain soit basé sur un diagnostic précis et réaliste de la situation afin que le parti puisse apporter des réponses aux questions soulevées. Il a également souligné que celui qui veut être tête de liste doit préalablement présenter son projet, ses objectifs et les chiffres et arguments qui pourraient garantir sa capacité à les atteindre.

Chichaoua : L’USFP doit avoir une forte présence dans la région 

Le Premier secrétaire de l’USFP a également présidé jeudi 25 mars la cérémonie d'inauguration du nouveau siège du secrétariat provincial de Chichaoua. Dans son allocution en l’occasion, il a appelé à redoubler d’efforts pour que l’USFP redore son blason à Chichaoua et qu’il ait une forte présence dans cette région. Lors d'une réunion organisationnelle à laquelle ont participé des membres du secrétariat provincial de Chichaoua et des présidents de communes, Driss Lachguar a évoqué le plan d’action au sein de la province en prévision des prochaines échéances électorales, tout en soulignant les défis que cette province doit relever. Il s’est, par la suite, rendu dans la région de Bouaboud où il a visité l'école coranique dépendant de la Zaouia de Sidi El Haj Ahmed Ait Omar.

 

Notre pays est fort de ses institutions, de sa Monarchie, de sa Constitution et de ses lois
Essaouira : Driss Lachguar appelle à redoubler d’efforts pour parvenir à des résultats probants

Le soir du même jour dans la province d'Essaouira où l'USFP occupe la première place en termes de gestion d'un certain nombre de communes territoriales, les militants ittihadis ont accueilli le Premier secrétaire et la délégation qui l’accompagne avec des fleurs. Après avoir fait des déclarations à un certain nombre de journaux et de sites, il a présidé une réunion avec des membres du secrétariat provincial, des conseillers et des présidents de communes. Le secrétaire provincial Mohamed Mellal a présenté un rapport sur la situation organisationnelle, ainsi qu’un certain nombre de statistiques qui attestent de la forte présence du parti au sein la région en termes de communes dirigées par l’USFP et de nombre de conseillers, tout en soulignant les efforts déployés par les instances locales en vue de son rayonnement et en évoquant les démarches à entreprendre pour renforcer sa couverture des circonscriptions. Pour sa part, le Premier secrétaire de l'USFP a salué les Ittihadis d'Essaouira pour leur gestion et les a félicités pour les efforts consentis pour le rayonnement du parti dans cette région. Il a souligné que ceci devrait servir de catalyseur pour parvenir à de bons résultats lors des prochaines élections, tout en mettant en garde contre l’arrogance et la vanité.

Safi : La démocratie est un exercice quotidien

Le Premier secrétaire de l’USFP a, par ailleurs, procédé à l’inauguration du nouveau siège du parti à Safi, siège qui a offert un cadre à la tenue d’une conférence de presse au cours de laquelle le leader ittihadi n’a pas manqué de rappeler l’importance du passé militant de la ville et de l’engagement des militants ittihadis lors des années de plomb. Il a aussi rappelé que la démocratie est émergente au Maroc, ajoutant que les discours nihilistes à peine mis sous le boisseau, une régression politique et fondamentaliste occultée derrière les démons et les crocodiles a fait sa réapparition. Aujourd’hui, elle veut chambouler le paysage en prenant prétexte de la question du quotient électoral. Pour son Premier secrétaire, le parti de la Rose ne peut permettre cela. La vie politique n’a pas besoin d’un discours politique qui l’embourberait dans un débat futile. La démocratie est un exercice quotidien et nous sommes aujourd’hui à la veille d’échéances décisives qui ne laissent pas de place à ceux qui traînent les pieds et aux polémistes.

Mourad Tabet

Libé
Dimanche 28 Mars 2021

Lu 377 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.