Nisrin Erradi parmi les “Révélations ” des Césars


Libé
Dimanche 13 Décembre 2020

Nisrin Erradi parmi les “Révélations ” des Césars
L’actrice marocaine Nisrin Erradi, révélée dans le rôle de Samia dans le film “Adam”, a été choisie parmi les “Révélations” des César 2021, récompenses cinématographiques majeures en France. Le comité Révélations de l’Académie des César s’est réuni, récemment, pour établir la liste de 12 comédiennes et 12 comédiens de cette catégorie, dont certains devraient être en compétition pour les titres des meilleurs espoirs masculin et féminin.

Les “Révélations” 2021 seront réunies dans un court métrage réalisé cette année par Yolande Zauberman, récompensée en 2020 par le César du meilleur film documentaire pour “M”. La jeune comédienne marocaine a été, notamment, récompensée du prix de la meilleure actrice au Festival international du film de Durban (Afrique du Sud) et sa prestation a été saluée à l’occasion du Festival d’El Gouna (Egypte).

Sorti dans les salles au Maroc à la mi-janvier 2020, “Adam”, premier long-métrage de Maryam Touzani, a rencontré un succès indéniable lors de sa présentation dans des festivals un peu partout dans le monde, remportant plusieurs prix et séduisant la presse spécialisée. La trame du film, produit par Nabil Ayouch, se construit autour des histoires distinctes de deux femmes mais au destin commun, en filigrane. Abla, joué par Lubna Azabal, tient un magasin de gâteaux traditionnels dans la médina de Casablanca et se bat seule pour élever sa fille de 8 ans.

Quand Samia, une jeune femme enceinte, débarque de son village et frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel.

Exposition

Nisrin Erradi parmi les “Révélations ” des Césars
Le vernissage de l’exposition “Echo…Connotations Cosmiques” de l’artiste-peintre Azdine Hachimi Idrissi a eu lieu, jeudi, à la Galerie Mine d’Art de Casablanca, où elle se poursuivra jusqu’au 30 décembre courant. Cette exposition, la deuxième de l’année 2020 pour cet artiste, se présente dans le prolongement de celle intitulée “Connotations Cosmiques”, tenue à la Bibliothèque nationale à Rabat en février dernier. La nouvelle collection donne à voir une vingtaine de toiles en technique mixte, où Hachimi Idrissi décline différents types de matières et textures, y compris des accrochages en aimantation magnétique, aboutissant à d’originales compositions en bas-relief, avec la prédomine d’une touche impressionniste légère, aérienne et brumeuse.

La technique empruntée par l’artiste joue sur des impressions d’optique et de profondeur générant un cachet tridimensionnel dans toutes ses toiles, qui constituent une expérience plastique dégageant indéniablement une forte émotion visuelle.

Dans une déclaration à la MAP, Azdine Hachimi Idrissi a expliqué que son univers pictural associe les thèmes de l’infiniment grand et de l’espace galactique, ce qui offre un vaste champ d’exploration sur les couleurs et les formes. Pour lui, cette vision donne également un authentique prolongement spirituel et parfois ésotérique à ses toiles, ajoutant que ces toiles questionnent aussi la place et la fragilité de l’humain face au mystère du monde.


Lu 341 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.