Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Exécutions

Douze "terroristes" condamnés à mort ont été exécutés jeudi sur ordre du Premier ministre irakien Haider al-Abadi, a indiqué vendredi un communiqué officiel de la primature, sans préciser leur nationalité.
M. Abadi avait ordonné jeudi l'exécution "immédiate" de centaines de jihadistes condamnés à mort, dont des femmes et des étrangers.
"Sur ordre du Premier ministre Haider al-Abadi, 12 terroristes condamnés à mort, dont les jugements ont acquis un degré décisif, ont été exécutés jeudi", ce qui signifie que leur appel a été rejeté et que la peine capitale a été ratifiée par la présidence, selon le communiqué.
Ces exécutions, en général par pendaison pour ceux condamnés pour "terrorisme", interviennent deux jours après la découverte des corps de huit Irakiens enlevés par le groupe Etat islamique (EI), qui avait diffusé une vidéo d'hommes au visage tuméfié en annonçant leur mort prochaine si des femmes jihadistes n'étaient pas libérées par Bagdad.

Recherches

Les sauveteurs mobilisés pour retrouver 12 enfants et leur entraîneur de foot coincés depuis six jours dans une grotte inondée en Thaïlande ont repris leur recherche désespérée vendredi, luttant contre une inondation liée aux pluies de mousson.
Avec des trombes d'eau tombant depuis des jours sur la province de Chiang Rai, dans le nord de la Thaïlande, le niveau de l'eau ne cesse de monter dans la cavité, où les enfants âgés de 11 à 16 ans et leur entraîneur de 25 ans sont pris au piège depuis samedi.
Le chef de la junte militaire thaïlandaise, le général Prayut Chan-O-Cha, s'est rendu sur place dans la matinée pour soutenir les familles et prendre la mesure de l'opération de sauvetage, qui mobilise un millier d'hommes dont des militaires américains et des plongeurs britanniques.
En 2014 en Allemagne, un homme a pu être secouru dans une grotte après 11 jours d'attente. En 2012, au Pérou, des mineurs avaient pu être sauvés après sept jours sous terre. En 2010, au Chili, des mineurs avaient tenu 17 jours.

Samedi 30 Juin 2018

Lu 202 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.