Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News



Burkina Faso

Une vingtaine de policiers d'un commissariat du nord du Burkina Faso ont abandonné leur poste pendant 24 heures pour protester contre leur manque de moyens face aux attaques jihadistes, a appris mercredi l'AFP de sources concordantes.
Le commissariat du district de Déou, une ville de quelque 20.000 habitants près de la frontière du Mali, a été fermé lundi, puis a rouvert le lendemain.
"Le commissariat a été fermé lundi soir. Le commissaire et l'ensemble de ses hommes ont quitté la ville", a déclaré à l'AFP un habitant de Déou. "Les éléments de la police, une vingtaine avec en tête leur commissaire, ont effectivement quitté la ville, sous escorte", a confirmé une source sécuritaire, précisant que "les autres corps militaires et paramilitaires y sont toujours en poste".

Sénégal

Le procès d'une trentaine de jihadistes présumés poursuivis devant un tribunal de Dakar pour "actes de terrorisme et financement du terrorisme" a été une nouvelle fois renvoyé mercredi, au 14 mars, a constaté un journaliste de l'AFP.
Parmi les 31 prévenus de nationalité sénégalaise, dont trois femmes, arrêtés à des dates différentes, figure un imam célèbre au Sénégal, Alioune Ndao. Originaire de Kaolack (centre), il est en détention depuis plus de deux ans selon sa famille et la presse locale.
Les prévenus sont notamment poursuivis pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", "blanchiment de capitaux en bandes organisées", "actes de terrorisme" ou encore "financement du terrorisme", selon une source judiciaire. L'un des jeunes prévenus est soupçonné de s'être rendu en Syrie, un autre, qui étudiait au Canada, a été dénoncé par sa mère parce qu'il priait de manière inhabituelle, tandis que des liens supposés avec des jihadistes étrangers ont été découverts sur des téléphones portables d'autres accusés.
Il s'agit du premier procès collectif de jihadistes présumés au Sénégal, un pays qui, contrairement à plusieurs de ses voisins, n'a jusqu'ici pas connu d'attentats. Il avait déjà été renvoyé à son ouverture, le 27 décembre.

Vendredi 16 Février 2018

Lu 165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS