Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




News
Accusation

L'ONU a accusé mercredi dans un rapport les forces de défense et de sécurité de la République démocratique du Congo (RDC) d'avoir fait "un usage excessif et disproportionné de la force" en décembre 2016 contre des manifestants qui s'opposaient au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. Entre le 15 et le 31 décembre 2016, au moins 40 personnes ont été tuées et 147 autres blessées dans plusieurs villes de RDC, selon ce rapport publié par le Bureau de l'ONU aux droits de l'Homme en RDC (BCNUDH).
Les manifestants protestaient contre le maintien au pouvoir de M. Kabila dont le mandat a expiré le 20 décembre. Selon ce rapport, "la plupart des victimes étaient des civils non armés, blessés par balle au niveau des parties supérieures du corps" résultant d'un "usage disproportionné de la force et de l'utilisation de balles réelles par les forces de défense et de sécurité, en particulier l'armée, dont les soldats de la Garde républicaine et de la police militaire, qui ne sont ni équipés ni entraînés pour les opérations de gestion des foules".

Perquisition

Le domicile d'une des principales journalistes d'opposition de Russie, Zoya Svetova, a été perquisitionné mardi pendant plus de neuf heures, les autorités assurant enquêter sur une affaire de blanchiment d'argent liée à l'opposant en exil et ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski. Les enquêteurs, des membres des services spéciaux (FSB) et du Comité d'enquêtes selon Zoya Svetova, ont recopié le disque dur de son ordinateur et sont repartis avec les ordinateurs de ses enfants et le téléphone portable de son mari.
"Je n'ai rien à voir avec le motif officiel de la perquisition. Je considère que cette perquisition ne concerne pas (l'ex-groupe pétrolier de Mikhaïl Khodorkovski) Ioukos mais a pour but d'ouvrir une affaire criminelle contre moi", a-t-elle dénoncé aux journalistes peu après le départ des enquêteurs.
"C'est un acte d'intimidation. Ils veulent me faire peur parce que je travaille pour Open Russia", a ajouté Zoya Svetova. "Manifestement, ils veulent me coller une affaire parce que j'écris sur des thèmes sensibles".

Libé
Jeudi 2 Mars 2017

Lu 176 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés