Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Evacuation

Les autorités françaises ont commencé mercredi à vider le centre d'accueil, où ont été logés les quelque 1.500 mineurs de l'ex-"Jungle" de Calais, et à transférer ses occupants vers d'autres villes de France.
Trois autocars ont quitté en début de matinée ce centre, un ensemble de conteneurs chauffés situés près de l'ancien plus grand bidonville de France (nord) qui a, lui, été démantelé la semaine dernière.
Quelque 30 autocars ont été réservés mercredi pour ces départs à destination de 60 centres dédiés aux mineurs sur l'ensemble du territoire français, selon les autorités locales.
La grande majorité de ces jeunes souhaitent rejoindre la Grande-Bretagne. Des représentants britanniques les accompagneront, soit en les suivant en voiture, soit à bord des bus pour examiner leur dossier.

Naufrage

Au moins 18 personnes ont péri, et des dizaines d'autres sont portées disparues après le naufrage mercredi matin dans les eaux indonésiennes d'un bateau vraisemblablement surchargé, a annoncé la police indonésienne.
L'embarcation transportait 93 passagers dans une mer formée entre la Malaisie et l'île de Batam, au sud de Singapour, a précise Sam Budi Gusdian, un responsable de la police locale.
"Dix-huit personnes ont été retrouvées mortes", a-t-il dit aux journalistes, précisant que 39 avaient pu être secourues mais que le sort des 36 autres demeurait inconnu.
Les opérations de recherches se poursuivent.
La police pense que la majorité des personnes à bord étaient des travailleurs migrants rentrant de Malaisie.
Le transport maritime est un moyen incontournable de circuler entre les 17.000 îles de l'archipel indonésien. Mais les accidents sont relativement fréquents.

Jeudi 3 Novembre 2016

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés