Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Accord

Les Soudanais ont laissé éclater leur joie vendredi dans les rues de Khartoum, brandissant des drapeaux et scandant "Le sang des martyrs n'a pas coulé pour rien", après un accord entre les militaires et les chefs de la contestation. Après deux nuits de négociations, les généraux au pouvoir depuis la destitution du général Omar el-Béchir en avril et les meneurs du mouvement de protestation se sont accordés aux premières heures de vendredi sur le principe d'une présidence alternée à la tête de la future instance qui doit diriger la transition pendant trois ans. C'était le principal point de discorde entre les deux parties qui avaient suspendu les discussions en mai, faute d'accord. La tension s'était encore accrue après la violente dispersion du sit-in devant le siège de l'armée à Khartoum le 3 juin, qui a fait plusieurs dizaines de morts parmi les manifestants et des centaines de blessés.
Continuant à réclamer un "pouvoir civil", la foule a défilé vendredi dans les rues de la capitale, en faisant du bruit avec des bouteilles en plastique et des canettes. Certains sont montés sur le toit de leur voiture, tandis que d'autres ont entonné des slogans révolutionnaires, a constaté un journaliste de l'AFP.

Naufrage

Une embarcation avec plus de 80 migrants à bord a fait naufrage entre la Libye et la Tunisie, laissant craindre des dizaines de morts, selon le témoignage d'un des trois survivants ayant passé deux jours accrochés à ce qu'il restait du bateau.
"On a passé deux jours comme ça, accrochés au bois", raconte à l'AFP, encore sous le choc, Soleiman Coulibaly. Ce jeune Malien sauvé in extremis mercredi par un bateau tunisien, peine à évoquer son calvaire, et à reconstituer les faits. "On était environ 80", "des Guinéens, des Ivoiriens, des Maliens, des Burkinabés", égrène-t-il, la gorge nouée. "Il y avait quatre femmes, une enceinte, une avec son bébé, et toutes sont restées dans l'eau".
L'embarcation, un bateau pneumatique, était partie lundi à l'aube de la ville libyenne de Zouara, à 120 km à l'ouest de Tripoli, avec 86 personnes à bord, a indiqué à l'AFP un responsable de la Garde maritime tunisienne s'exprimant sous couvert de l'anonymat et se basant sur les déclarations d'un miraculé.

Samedi 6 Juillet 2019

Lu 1027 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com