Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Arrestation

Un puissant homme d'affaires algérien, Mahieddine Tahkout, patron notamment d'une usine de montage automobile et proche du président déchu Abdelaziz Bouteflika, a été inculpé et placé lundi en détention préventive dans des affaires de corruption, a annoncé un de ses avocats à l'AFP.
Ancien petit commerçant, Mahieddine Tahkout, 56 ans, a fait fortune en constituant une flotte de bus et en obtenant des marchés publics dans le secteur du transport universitaire et urbain.
Il a été écroué en compagnie de trois membres de sa famille, dirigeants du groupe Tahkout.
Le groupe Tahkout possède aussi l'un des plus importants réseaux de concessionnaires automobiles en Algérie, Cima Motors, qui distribue notamment les marques Hyundai, Opel, Chevrolet, Suzuki, Fiat, Jeep et Alfa Romeo.
Depuis 2016, la Tahkout Manufacturing Company (TMC), autre filiale, assemble plusieurs modèles de Hyundai dans son usine de Tiaret (200 km au sud-ouest d'Alger). M. Tahkout a également racheté en 2015 la chaîne de télévision Numidia TV.

Jihadistes

Un jihadiste, ses deux compagnes et leurs neuf enfants mineurs ont été remis mardi matin à la justice française après avoir été transférés de Turquie, a-t-on appris de sources concordantes.
Les trois adultes, un homme de 35 ans et deux femmes dont l'une âgée de 36 ans, ont été placés en garde à vue à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ont précisé des sources proches du dossier et judiciaire, et les enfants ont été placés par le parquet de Bobigny.
Cette opération, distincte des rapatriements au cas par cas d'enfants en provenance du Kurdistan syrien, s'inscrit dans le cadre des expulsions régulières des jihadistes par la Turquie.
Fin mai 2019, les autorités françaises avaient enregistré le retour de 277 revenants.
L'homme, les deux femmes et les neuf enfants étaient dans un centre de rétention en Turquie avant d'être expulsés, a précisé l'une de ses sources.
Selon une source judiciaire, l'homme et la femme de 36 ans étaient partis rejoindre la zone irako-syrienne avec leurs premiers enfants, tandis que d'autres sont nés sur place. L'homme a également eu des enfants avec la deuxième femme, elle-même venue sur zone avec un enfant d'une précédente union.

Mercredi 12 Juin 2019

Lu 1066 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com