Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Syrie

Au moins 38 personnes, principalement des proches de combattants du groupe Etat islamique (EI) dont 13 enfants, ont péri dans des raids aériens sur l'est de la Syrie imputés à la coalition internationale antijihadistes, a rapporté mardi une ONG.
Les frappes ont visé dimanche l'ultime bastion jihadiste en Syrie près de la frontière irakienne. Dans ce secteur, la coalition emmenée par Washington intervient en soutien aux combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui mènent l'offensive au sol.
"Au moins 38 corps ont été retrouvés, dont 32 appartenant à des familles de combattants de l'EI", a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, précisant que treize enfants figuraient parmi les victimes.
"Les raids aériens ont visé la localité d'Al-Chaafa" encore tenue par les jihadistes, a-t-il ajouté.
Depuis jeudi dernier, les raids de la coalition ont tué 82 personnes au total, dont 35 enfants, des proches de membres de l'EI, selon l'OSDH.

Gaza

Le mouvement Hamas et les groupes armés palestiniens ont annoncé, mardi, un cessez-le-feu avec Israël, une trêve conclue après une médiation de l’Egypte suite à la plus dangereuse escalade entre les deux camps depuis la guerre de 2014.
"Les efforts de l'Egypte ont permis d'aboutir à un cessez-le-feu (...) et la résistance le respectera aussi longtemps que l'ennemi sioniste le respectera", ont annoncé les groupes palestiniens dans un communiqué conjoint.
La bande de Gaza a retrouvé son calme en soirée et les écoles devaient rouvrir mercredi matin. Après l'annonce du cessez-le-feu, les Gazaouis ont manifesté leur joie dans plusieurs points de l'enclave palestinienne.
En Egypte, intermédiaire historique à Gaza, le ministère des Affaires étrangères a appelé Israël, dans un communiqué publié juste après l'annonce de la trêve, à "cesser immédiatement toutes les formes d'actions militaires".
Selon l'accord, Israël et le Hamas se sont engagés à retourner "aux dispositions de l'accord de 2014", après la guerre meurtrière qui les avait opposés durant l'été de cette année-là.

Jeudi 15 Novembre 2018

Lu 507 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com