Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nécessité d'interdire le polisario et de criminaliser ses actes

Les victimes des pantins séparatistes refusent de participer à leur pseudo-initiative de “réparation”


Ahmadou El-Katab
Vendredi 21 Octobre 2022

Nécessité d'interdire le polisario et de criminaliser ses actes
En réaction à l’annonce d’une pseudo-initiative visant à dédommager les victimes des violations  des droits de l’Homme commises par les miliciens du polisario, plus de dix  organisations de défense de ces  victimes ont rejeté ladite initiative lancée par le Polisario sur ce qu'il a qualifié de "réparation".

Pour elles, il s’agit d’une "manœuvre visant à confisquer les droits des victimes" et à perpétuer le phénomène d'impunité des auteurs desdites violations.  Ces organisations estiment que c’est une fuite en avant des autorités algériennes pour déroger à leurs obligations, car elles sont responsables des actes se déroulant sur les territoires relevant de leur juridiction.

Les représentants des victimes des violations commises dans les camps de la honte à Tindouf ont démenti «l’existence  de toute proposition de réconciliation ou de réparation des dommages dus aux  violations perpétrées dans les prisons du polisario dans le sud-ouest de l'Algérie, étant donné l'absence de toutes les conditions et de tous éléments de règlements légaux ou même coutumiers pour ces crimes horribles commis par le polisario ». Ils ont décrit la démarche comme une «manoeuvre dont le but est de contourner les droits des victimes et de perpétuer l'impunité des tortionnaires ».

Un communiqué de ces organisations, d’après la publication mauritanienne « Miraat », a appelé à «limoger tous les tortionnaires et toutes les personnes soupçonnées d'être impliquées dans les graves violations des droits de l'Homme commises par le polisario, en particulier celles citées dans les horribles témoignages des victimes et à les traduire devant la justice ». Ledit communiqué a souligné la volonté du polisario «de protéger les  tortionnaires et les personnes soupçonnées d'être impliquées dans ces violations, en leur accordant l'immunité via leur nomination à des postes de responsabilité dans les prétendues- «structures du polisario», en leur délivrant  des  passeports diplomatiques algériens et en les faisant  passer clandestinement sous de fausses identités algériennes à l'étranger.

Les signataires dudit communiqué ont soulevé «le refus du polisario de reconnaître les violations qu’il a commises ou  de présenter des excuses aux victimes, se contentant  de qualifier ses graves violations des droits de l'Homme d'erreurs». Et de conclure en dénonçant  « l’indifférence manifeste du polisario quant aux conséquences des crimes atroces commis dans ses prisons secrètes du sud-ouest algérien, ce qui ne laisse aucun doute sur  l'absence de toute volonté réelle de réconciliation ou de réparation».

Le communiqué a insisté sur "la responsabilité de l'Etat algérien quant à protéger les séquestrés et les résidents étrangers sur son territoire ».  Notant que des noms de responsables militaires algériens sont cités  dans de nombreux témoignages, comme étant  impliqués dans les violations subies par les victimes.

Les associations et organisations signataires du communiqué  ont souligné « la responsabilité politique du polisario, en tant qu'organisation qui a commandité ces violations, à travers les prérogatives qui lui sont confiées», ce qui impose, selon les signataires, «la nécessité d'interdire le polisario et de criminaliser ses  actes, à l'instar des organisations politiques impliquées dans des crimes similaires, telles que le parti nazi en Allemagne, les Khmers rouges au Cambodge ou le régime d'apartheid en Afrique du Sud.

Selon le communiqué, la Coordination des organismes de défense des victimes des prisons du Polisario entend adresser des lettres aux organes compétents de l'ONU  en vue de dénoncer l'Algérie et le  Polisario et les amener à assumer leur responsabilité quant aux conséquences des violations massives des droits de l'Homme commises dans les camps de Tindouf», faisant notamment référence à un correspondant du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies et au rapporteur spécial de l’ONU sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition.

Ahmadou El-Katab


Lu 491 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p