Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nabyla Maan enflamme la scène du Bozar à Bruxelles




Avec sa voix cristalline et une performance singulière, la chanteuse marocaine Nabyla Maan a enflammé, samedi soir, la scène du prestigieux Palais du Bozar à Bruxelles, lors d'un concert très fortement applaudi par un public conquis, se laissant volontiers emporté par les airs de son répertoire arabo-andalou, agrémentés par une touche "jazzy". Devant une audience de différentes nationalités, le "rossignol de la chanson marocaine" a séduit par sa façon originale de s’approprier la musique arabo-andalouse et le malhoun, auxquels elle rend hommage dans son 4ème album "Dalalû Al-Andalûs".
De cet album, au carrefour de la tradition et de l’expérimentation, Nabyla Maan a interprété "El kaoui", "Lama bada yatathana", "Lada li chorb al achiya"…, parvenant facilement à créer une ambiance de communion avec un public nostalgique, ravi de (re)découvrir des titres familiers avec une version contemporaine tellement appréciée qu’il n’a pas hésité à reprendre en chœur. Lors de cette soirée, organisée à l’initiative du Moussem Sounds, la jeune chanteuse a également présenté certains de ses premiers tubes, dont «D'nya», «Ter El Ali», ou encore une reprise de la chanson mythique du groupe Nass El Ghiwan «Allah ya moulana» qui a clôturé en apothéose sa performance, mettant toute l’assistance en transe, emportée par les rythmes entraînants et mélancoliques de ce titre, désormais considéré comme un classique du répertoire du chant soufi. La chanson amazighe n’a pas été en reste lors de cette soirée. Nabyla Maan a chanté "Issi Trit" de son avant-dernier album "Aech Hyatek" (Vis ta vie) qui retrace le souci de la chanteuse de s’ouvrir sur les différents affluents de la culture marocaine. L’interaction de l’audience était telle que Nabyla Maan n’a pas pu dissimuler son émotion à l’issue du concert, se disant heureuse, dans une déclaration à la MAP, de revenir à Bruxelles et retrouver le public aussi bien celui de la communauté marocaine et arabe que belge, après six ans d’absence.

Mardi 28 Novembre 2017

Lu 3745 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif