Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moustafa Ould Mohamed Mahmoud. La pagaille semée à El Guerguerat est une manière pour le Polisario d’ exporter sa crise interne





Moustafa Ould Mohamed Mahmoud est un journaliste, écrivain et analyste politique mauritanien. Il suit de très près et depuis le premier jour la situation à Guerguerat. Il en fait la lecture suivante : «La décision des groupes affiliés au front séparatiste du Polisario de saboter la route bitumée du passage reliant le Maroc à la Mauritanie au point dit El Guerguerat est un acte barbare. Le Polisario à travers cet agissement sauvage vise à faire d’une pierre deux coups. Il y a la situation dans les camps de Tindouf qui ne cesse de se dégrader jour après jour. Certains parmi les revenants de ces camps ont évoqué la médiocrité des services sanitaires et la pénurie de la plupart des denrées alimentaires et des produits de première nécessité.

Les populations des camps, surtout les jeunes, vivent dans la frustration et n’ont aucune perspective d’avenir. Il s’est avéré avec le temps que les promesses incessantes et répétées de la naissance d’une prétendue république, ne sont que des chimères qui disparaissent peu à peu des discours des chefs et ne suscitent plus ni ferveur ni engouement. Les mensonges répétés les éloignent davantage des populations auxquelles ils n’ont plus rien à donner ou à dire. Certains des évadés des camps ont confirmé que quand les jeunes des camps regardent les chaînes de télévision et remarquent le degré de développement atteint par les provinces marocaines du Sud et la quiétude, la sécurité et l’opulence dont jouissent leurs habitants, ils sont encore plus frustrés et organisent des manifestations spontanées opprimées par les milices du Polisario qui leur interdisent de quitter le cercle défini par elles et malheur à celui qui penserait à violer cette interdiction. Mais la direction du Polisario au lieu de permettre à cette jeunesse de s’exprimer librement a décidé d’exporter la crise interne et de fermer le passage d'El Guerguerat

Le deuxième objectif visé par la tentative de fermeture de ce passage consiste à priver le Maroc de sa porte officielle vers le continent noir tout en créant un climat d’instabilité dans la région au grand bonheur des trafiquants et des organisations terroristes. Tout cela en narguant et en provoquant les soldats marocains et onusiens cantonnés le long de la frontière dont la moindre réaction serait la goutte qui ferait déborder le vase d’un Polisario dont le doigt est déjà sur la gâchette. Revanchard, ce dernier cherche, à travers la fermeture du passage d'El Guerguerat, à affamer les pays africains qui, par leur soutien à la cause marocaine, ont fait subir aux prétendus diplomates séparatistes une succession d’échecs sur le plan international. Echecs que l’ouverture prochaine du premier consulat arabe ne fera qu’accentuer.

En effet, les Emirats arabes unis ont annoncé leur intention d’ouvrir leur consulat à Laâyoune dans les prochains jours. Ouverture que le porteparole du Secrétaire général de l’ONU n’a pas voulu commenter, jeudi dernier, lors de son point de presse quotidien et qui était perçue comme une douche froide par Brahim Ghali, ses compagnons et le président algérien. A noter que si l’Emirat de Qatar n’a pas encore franchi le pas de l’ouverture d’une représentation dans les provinces du Sud, il n’en demeure pas moins qu’il ne cesse de réitérer son soutien à la marocanité du Sahara et à l’initiative d’autonomie comme base à toute solution réaliste à ce différend régional.

Ahmadou El-Katab

​Ahmadou El-Katab
Dimanche 1 Novembre 2020

Lu 683 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.