Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Monica Bellucci: Me voir en femme mûre ne me dérange pas




Monica Bellucci: Me voir en femme mûre ne me dérange pas
Elle sera la maîtresse de cérémonie du Festival de Cannes, qui s'ouvre mercredi prochain. A 52 ans, l'actrice Monica Bellucci, surnommée la "Bellissima", a assuré à l'AFP accepter de "voir son visage changer" avec l'âge. Même si, lance-t-elle, "je dis merci à la retouche".
"Quand je regarde le film d'Emir Kusturica ("On The milky road", dans lequel elle joue l'un des deux rôles principaux, NDLR), je vois que j'ai des rides, autour des yeux, partout. Il y a dix ans, je ne les avais pas. Je vois mon visage qui a changé à l'écran", a indiqué l'actrice italienne dans un entretien accordé à l'AFP.
"Pourtant, je regarde ça avec compassion. Je ne me dis pas +oh mon Dieu, c'est monstrueux+. Non, je trouve ça charmant", a ajouté la comédienne élégante, habillée de noir, au visage de madone méditerranéenne désormais marqué de quelques rides.
"Me voir en femme mûre ne me dérange pas. Je trouve qu'il faut faire face à ça. Peut-être que dans dix ans, je serai monstrueuse et que j'aurai changé d'avis parce que j'aurai trop de rides. Mais pour l'instant, j'arrive à faire avec".
L'Italienne à la silhouette pulpeuse et à la beauté célébrée à travers le monde, entrée à 50 ans dans le cercle fermé des "James Bond girls" dans "007 Spectre" de Sam Mendes, dit pourtant "ne pas avoir du tout de position tranchée" sur la chirurgie esthétique. "Quand je vois des femmes mûres qui ne sont pas refaites, je ne me dis pas +elle devrait faire un lifting+, je me dis +elle est très belle comme ça+. Mais par contre, quand je vois une femme qui a fait un lifting et qui est très belle, je me dis +elle a bien fait+", explique-t-elle.
"Il faut faire ce qui nous fait du bien. La chirurgie plastique est là. Si ça nous rend heureux, pourquoi ne pas le faire?", poursuit-elle.
Elle se dit aussi favorable aux photos retouchées, même si elle approuve le fait que les retouches soient plus légères "qu'il y a dix ou quinze ans".
"Moi je dis merci à la retouche. C'est la retouche qui nous sauve!", s'exclame-t-elle.

Samedi 13 Mai 2017

Lu 529 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés