Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc

100.000 tests de diagnostic rapide en cours d'acquisition par le ministère de la Santé




Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc
100.000 tests de diagnostic rapide du coronavirus (Covid-19) sont actuellement en cours d'acquisition par le Maroc, a affirmé mercredi un responsable du ministère de la Santé.
"Il ne s'agit guère d'appareils de laboratoire ou d'autres kits et tests de laboratoire", a précisé le directeur de l'épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère, Mohamed El Youbi, dans un entretien à la MAP en réaction à des informations que véhiculent des sites électroniques marocains et des réseaux sociaux.
"Nous ne pouvons pas acquérir 100.000 appareils de laboratoire en un seul coup. Mais nous nous inscrivons dans la logique d'acquisition de tests de diagnostic rapide en quantités suffisantes", a-t-il fait observer.
Le Maroc, a-t-il ajouté, est en phase de diversification de ses techniques de laboratoire afin de couvrir le reste de la période de l'épidémie en termes de confirmation de diagnostics au laboratoire. L'objectif consiste, selon lui, à étendre l'offre de diagnostic aux zones les plus reculées, de sorte à ne plus recourir systématiquement aux laboratoires nationaux de référence ou aux laboratoires des CHU.
Il a relevé à cet égard que les analyses de diagnostic ne sont pas seulement réalisées par les laboratoires de l'Institut national d'hygiène, de l'Institut Pasteur ou des hôpitaux militaires, mais il y a aussi les laboratoires des Centres hospitaliers universitaires qui commencent à effectuer de tels tests.
En parallèle, "nous sommes en train d'acquérir d'autres techniques de diagnostic certes plus simples, mais qui apporteraient des résultats aussi fiables que ceux des laboratoires utilisant la technique dite PCM", a-t-il expliqué.
Mohamed El Youbi a, en outre, jugé "prématuré" d'établir une évaluation sur l'efficacité de la chloroquine dans le traitement du nouveau coronavirus.
"Il est prématuré de dire que les résultats de la chloroquine seraient concluants", a-t-il déclaré en se disant ravi de voir le nombre de guérisons augmenter pour atteindre 10 cas pendant la seule journée de mardi.
Le ministère de la Santé, a-t-il dit, est en train d'analyser avec finesse toutes les données pour établir un lien entre, d'une part, le début d'utilisation du protocole basé sur la chloroquine et les médicaments associés et, d'autre part, l'augmentation du nombre de guérisons.
Il a d'autre part indiqué ne pas s'attendre à un grand recours à l'automédication par chloroquine "parce que son utilisation a été réglementée". “La prescription et la délivrance de ce médicament obéissent à un certain nombre de critères”, a-t-il expliqué, soulignant dans la même veine que “tous les cas détectés sont pris en charge en milieu hospitalier”.
Mohamed El Youbi a, en outre, annoncé qu’un audit sous forme d'enquête scientifique est en cours de réalisation pour déterminer les causes exactes des décès dus au coronavirus (Covid-19).
"Pour l'instant, on ne peut pas savoir la cause exacte des décès, soit en lien avec une éventuelle prise d’autres médicaments ou bien l’existence de facteurs de morbidité qui n’étaient pas connus chez le patient", a précisé le responsable, rappelant que la plupart des cas de décès sont soit d'un âge avancé, soit dus à des facteurs liés aux complications de maladies chroniques.
Cet audit permettra d'établir des hypothèses par rapport aux facteurs déterminants et intrinsèques qui ont entouré la prise d'éventuels médicaments avant l'admission dans les hôpitaux, a-t-il argué.
Pour éviter la propagation du virus, le ministère continuera à préconiser une prise en charge en milieu hospitalier dans les conditions de suivi médical avec ce que cela exige en termes d’examens radiologiques et de laboratoire.
Le directeur de l'épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé a également affirmé s'attendre à "un aplatissement de la courbe de l'évolution des cas testés positifs au coronavirus", pour peu que les citoyens observent scrupuleusement les mesures de confinement.
"On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'évolution des cas. On l'espère à condition que les mesures de confinement soient respectées scrupuleusement par les citoyens même à l'intérieur de leur domicile", a-t-il souligné.
Il a en outre jugé "prématuré" d'avancer des prévisions sur l'épidémie pour les prochains jours, "puisqu'elles relèvent de projections fondées d'habitude sur des suppositions qui pour la plupart ne sont pas très précises". C'est pourquoi, a-t-il dit, "tout modèle que nous utilisons se base sur des incertitudes et donne une évolution avec un intervalle de confiance".
Pour le moment, le modèle suivi semble indiquer qu'il y aurait toujours une progression du nombre de cas mais avec une tendance de la courbe qui va être un peu plus aplatie compte tenu de l'impact des mesures instaurées par le Royaume. Le directeur a notamment cité la fermeture des écoles, l'interdiction des grands rassemblements, puis l'instauration de mesures de confinement total.
D’après lui, "c'est l'évolution des quatre ou cinq jours à venir qui va nous donner une meilleure précision par rapport aux projections que nous faisons par rapport à l'évolution de l'épidémie au Maroc".
Prié de dire si le ministère s'attend à une évolution similaire au scénario de certains pays européens, le responsable a relevé qu'il s'attend "à une allure certes progressive de l'épidémie, mais la courbe ne va pas monter jusqu'à un pic comme ce fut le cas pour un certain nombre de pays".
Il a rappelé que le Royaume a entrepris les mesures de confinement avec deux à trois semaines d'avance par rapport à certains pays de voisinage. "Le nombre de cas risque de s'allonger, mais avec une ampleur moindre par rapport à d'autres pays", a-t-il dit en appelant les citoyens à rester patients et à respecter scrupuleusement les mesures préventives, dont le confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19.
"Il faut patienter et continuer à observer scrupuleusement les mesures instaurées par notre pays afin d'éviter l'avancée inexorable de cette crise sanitaire, comme c’est le cas dans certains pays à travers le monde", a-t-il souligné en rappelant que ces mesures "sont mises en place pour notre bien-être, afin de stopper cette épidémie, pour que la vie reprenne son cours, pour que les enfants reprennent leur scolarité et pour que l'activité économique se rétablisse".
Il a, par ailleurs, estimé que cette crise sanitaire devrait nous servir de leçon par rapport à notre comportement, puisqu'on est désormais tous contraints de s'adapter à cette nouvelle donne.
"Nos habitudes ont certes été bousculées, mais nous sommes certainement appelés à se laver les mains et à prendre d'autres mesures préventives pour éviter la propagation non seulement du Covid-19, mais aussi d'autres maladies qui se transmettent par les mains sales ou le contact étroit", a-t-il relevé.
Mohamed El Youbi a, en outre, insisté sur la nécessité de "continuer à adopter ces mesures qui ne peuvent être que bénéfiques pour notre santé et pour notre situation épidémiologique vis-à-vis des autres germes à transmission aérienne".

Vendredi 3 Avril 2020

Lu 1169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif