Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Dkhissi : La police judiciaire, un levier essentiel pour réaliser la justice pénale et renforcer le sentiment de sécurité et de justice


Libé
Jeudi 9 Novembre 2023

Mohamed Dkhissi : La police judiciaire, un levier essentiel pour réaliser la justice pénale et renforcer le sentiment de sécurité et de justice
La police judiciaire constitue un levier essentiel pour réaliser la justice pénale, lutter contre la criminalité et contribuer à instaurer un climat de sécurité et de justice, a affirmé le directeur central de la police judiciaire, Mohamed Dkhissi.

Dans un discours prononcé au nom de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) lors de l'ouverture mercredi à Marrakech d'une réunion de coordination organisée par la présidence du Ministère public sur le thème : "La justice pénale et les mécanismes de son amélioration entre les exigences de l'efficacité et la promotion des valeurs éthiques et professionnelles", M. Dkhissi a souligné la nécessité d'améliorer le travail de la police judiciaire et la performance de ceux qui en ont la charge, dans le cadre du respect des droits et libertés et des règles de déontologie des professions judiciaires et policières.
Il a mis l'accent dans ce cadre sur les efforts déployés par la Direction Générale de la Sûreté Nationale pour élever le niveau de performance des services et unités chargés des missions de police judiciaire.

M. Dkhissi a relevé que le renforcement des compétences des officiers de la police judiciaire, ainsi que de ceux impliqués dans les procédures d'enquête et procédure pénale, en vue de contribuer à la promotion de la qualité de leur travail, tout en garantissant le respect des valeurs d'intégrité, de transparence et d'éthique des professions judiciaires et de sécurité, dépend largement d’un environnement professionnel approprié et de l’existence de conditions objectives nécessaires à l'exercice des missions de l’enquête pénale et de l’accomplissement des tâches judiciaires y afférentes, à travers la mise en place d’un cadre réglementaire adéquat qui répond aux exigences de la réalité scientifique et de l’environnement professionnel.

Le directeur central de la police judiciaire a fait remarquer que cette réunion de haut niveau constitue un cadre de coordination, de coopération et d’examen des questions problématiques en vue de surmonter les difficultés pratiques, d'institutionnaliser les bonnes pratiques et de soutenir les efforts de coordination et de mobilisation des ressources et des moyens disponibles en vue d’atteindre les objectifs d'efficacité judiciaire et de complémentarité dans l’action des différentes autorités chargées des recherches, des enquêtes et des arrestations des suspects.

Il a exprimé, à cette occasion, l’importance des efforts visant à réaliser un saut qualitatif pour atteindre les objectifs de la justice pénale, renforcer le sentiment de justice et de sécurité et de maintien de l'ordre public, de manière à barrer la route à ceux qui exploitent la question des droits de l'Homme dans le Royaume, parmi les séparatistes de l’intérieur et de l’étranger, ou dévalorisent le travail et les efforts des institutions au service de leurs propres agendas.

De son côté, le Général de Corps d'armée Mohamed Haramou, commandant la Gendarmerie Royale, a indiqué que cette rencontre nationale revêt une grande importance au vu des défis que pose aujourd'hui la criminalité sous ses diverses formes et des exigences de la justice pénale en matière d'efficacité et d'amélioration de ses services.

Dans un discours lu en son nom, il a souligné que la Gendarmerie Royale, consciente de l'importance de renforcer la coordination et la communication entre les organismes de la police judiciaire dans une conjoncture marquée par la nécessité de promouvoir le niveau de la justice pénale et l'attachement des citoyens à leurs droits individuels et collectifs, s’est impliquée de manière active dans cette dynamique à travers l'adoption d'un plan d'action dans le domaine de l'exercice des fonctions de la police judiciaire.

Il a mis l’accent sur l’attachement de la Gendarmerie Royale au renforcement des valeurs d’éthique et du rôle des organes de contrôle et d'inspection créés à tous les niveaux de responsabilité, dans le cadre de la consolidation des principes d'intégrité et de bonne gouvernance dans le domaine de l’exercice de la police judiciaire en vue de renforcer la confiance des justiciables dans l'appareil judiciaire.

Le Général de Corps d'armée Mohamed Haramou a noté également que l’institution de la Gendarmerie Royale, dans le cadre des efforts continus visant à améliorer la qualité des enquêtes judiciaires, du niveau de la justice pénale et du travail de la police judiciaire, a donné la priorité à la mise en œuvre des recommandations de la première réunion de coordination avec la présidence du Ministère public, tenue le 12 juin 2021, et à l’amélioration de la coordination et de la communication avec les responsables du Ministère public, aux niveaux central et régional, ce qui a contribué de manière significative à faire face aux difficultés et contraintes liées à la gestion de l’action de la police judiciaire.

Cette réunion de coordination sur la mise en œuvre des recommandations issues des sessions de formation régionales organisées au profit des responsables du Ministère public, de ses magistrats, des juges d'instruction et des officiers de la police judiciaire (du 24 mai au 14 juillet), qui s'est tenue en partenariat avec la DGSN et la Gendarmerie Royale, a pour objectif d’assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations de ces formations, qui ont bénéficié à près de 1.000 participants, parmi lesquels des magistrats du parquet, des juges d'instruction de diverses juridictions, et de responsables de la police judiciaire tant de la DGSN que de la Gendarmerie Royale.

Le programme de cette réunion de coordination, qui se poursuit sur deux jours, comprend quatre ateliers qui aborderont des thèmes relatifs à l'amélioration des enquêtes criminelles, le renforcement de la confiance dans les organes de la justice pénale, la promotion des droits et libertés dans le domaine de la justice pénale et la consolidation de la protection juridique et judiciaire des femmes et les enfants.


Lu 326 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p