Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Benabdelkader : Nous aspirons à mettre en place un modèle d’administration efficace, interactif et transparent


Une journée d'étude organisée à Rabat par le ministère de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique en collaboration avec le CNDH



Le ministre délégué chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader, a affirmé, mercredi à Rabat, que son département aspire à la mise en place d'un nouveau modèle d'administration efficace, interactif et transparent, au service des citoyens.
La réforme de l'administration est un important chantier national, érigé par S.M le Roi Mohammed VI parmi les priorités nationales, a-t-il précisé lors d'une journée d'étude organisée par le ministère, en collaboration avec le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), mettant en avant les différents enjeux liés à ce chantier, dont le développement, la citoyenneté et la démocratie.
Après avoir passé en revue les dysfonctionnements dont pâtit le système de la fonction publique, liés notamment à un modèle administratif traditionnel qui manque d'efficacité et de transparence, il a relevé que le ministère va adopter une approche de réforme transitionnelle, concernant quatre grandes mutations qui touchent les volets d'organisation, de gestion, de numérisation et de moralisation. 
Conformément à cette approche et compte tenu de la réforme transitionnelle, l'action du ministère se focalise également sur quatre piliers fondamentaux (la législation, la communication, l’évaluation et la collaboration avec des acteurs nationaux et internationaux), outre plusieurs projets structurants (24 projets), dont celui de la charte des services publics qui constituera un cadre référentiel fixant les règles de base et les activités du service public.
Ce projet de charte, en cours de finalisation, est prévu par la Constitution et constitue une valeur ajoutée à l'arsenal juridique relatif à l’amélioration de la gouvernance publique et à la protection des droits des citoyens et des usagers, a-t-il précisé, faisant remarquer que cette rencontre vise l'échange de vues sur le volet touchant aux droits de l'Homme de cette charte.
Pour sa part, le secrétaire général du CNDH, Mohamed Sebbar, a indiqué que le Conseil accorde une grande importance à la question des droits des usagers, ajoutant que le service public constitue un des aspects des activités de l'Etat visant à répondre aux attentes des citoyens dans différents domaines.
Le besoin des services publics est en constante augmentation, ce qui nécessite davantage de ressources humaines, financières et technologiques, a-t-il noté, soulignant l'impérieuse nécessité d’améliorer de ces services, notamment à la lumière des mutations, tous azimuts, aux niveaux international et régional.
A signaler, par ailleurs que le ministère de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique a organisé mardi une cérémonie organise en l'honneur des deux lauréats du Prix africain du meilleur service public (PPSP).
Dans une allocution en l’occasion, Mohamed Benabdelkader a souligné que ce prix, une prestigieuse distinction d’excellence dans le service public, a pour objectif de promouvoir et de récompenser la créativité, l'innovation et l'excellence dans les services publics qui conduisent à une administration plus efficace dans les pays africains.
A travers une compétition annuelle, le PPSP a mis l'accent sur le rôle, le professionnalisme et la visibilité du service public, a-t-il fait savoir, notant que ce prix vise aussi à motiver les fonctionnaires pour promouvoir l’innovation, rehausser l’image du service public, renforcer la confiance dans le gouvernement, répertorier et partager des initiatives réussies à l’intérieur et à l’extérieur du pays. 
A cette occasion, le ministre a remis le Prix de distinction dans la sous-catégorie "Applications mobiles" qui rentre dans le cadre de la catégorie "Administration électronique" au directeur de l’Agence urbaine de Taza-Taounate, Mohamed Titta, en reconnaissance de ses efforts dans le développement de "l'e-instruction", un service électronique de gestion des permis de construire dans le domaine de l’urbanisme afin d'instaurer une gestion immatérielle de la procédure de livraison de ces permis, de manière à réduire la durée d'étude des dossiers, de rationaliser l'utilisation des ressources et des énergies en plus du renforcement de la transparence lors du traitement électronique des dossiers des permis de construire. 
Le ministre délégué a également remis le deuxième Prix de distinction dans cette même sous-catégorie à la directrice des systèmes d’information au sein du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Nadia Nahil pour le projet du ministère portant sur l’application des contraventions de la circulation et qui permet à ses utilisateurs de voir les contraventions et connaitre leur solde des points du permis de conduire et de notifier leurs contraventions par téléphone mobile.
Cette sous-catégorie couvre les applications mobiles sur smartphones et tablettes (IOS, Android, Windows…) permettant aux citoyens et entreprises, à travers des solutions créatives et innovantes, l’accès mobile aux services administratifs avec une simplicité d'utilisation et une grande efficacité.
La catégorie "Administration électronique" vise à récompenser les meilleurs projets d'e-administration (e-services et solutions mobiles) en Afrique, en vue de les faire connaître, de promouvoir les expériences réussies et d'encourager les efforts d'amélioration de la qualité des prestations publiques via l’utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC).
Les gagnants ont été sélectionnés par le Conseil d’administration du Centre africain de formation et de recherche administratives pour le développement (CAFRAD), tenu en marge du 14ème Forum africain de la modernisation de l’administration publique le 20 et 21 juin à Marrakech.  
9 institutions publiques issues de 9 pays ont été sélectionnées le 22 juin à Marrakech, en tant que lauréats 2018 du Programme des Nations unies pour les services publics (UNPSA), à l'occasion du Forum des Nations unies sur le service public tenu à Marrakech du 21 au 23 juin.
A titre de rappel, ce prix a été initié lors de la 53ème session du Conseil d’administration du CAFRAD et du 11ème Forum panafricain sur la modernisation des services publics et des institutions de l’Etat, tenus à Marrakech en 2015.

Libé
Vendredi 6 Juillet 2018

Lu 343 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés