Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Ben Abdelkader : L’USFP déterminé à aller de l’ avant en assumant encore et toujours son identité moderniste


​H.T
Vendredi 14 Janvier 2022

«Le prochain Congrès doit s'attacher à rénover davantage la ligne politique du parti, en gardant à l’esprit les transformations géopolitiques aux niveaux régional et mondial, et en considérant les défis et contraintes liés à la gestion de la crise de la Covid-19 ».

Cet enjeu majeur du XIe Congrès national de l’USFP a été mis en exergue par Mohamed Ben Abdelkader, membre du Bureau politique lors d’un entretien accordé récemment au quotidien «Le Matin».

Il a ajouté que le prochain Congrès qui se tiendra les 28, 29 et 30 janvier se penchera sur les conditions nécessaires pour « s'engager dans le nouveau modèle de développement afin d'atteindre la justice sociale et d'intégrer davantage les jeunes et les femmes de manière à garantir les conditions nécessaires pour assurer la stabilité politique et la cohésion sociale ».
Et de préciser davantage : «L’enjeu politique principal du prochain Congrès sera donc celui de la clarté politique au niveau de nos actions dans la société et de nos relations avec l'Etat.

L’USFP se trouve aujourd’hui plus que jamais au cœur des institutions du pays, aussi bien au niveau de l'opposition parlementaire que de la participation gouvernementale. Cela exige de nous aujourd'hui plus de clarté politique et de précision au sujet de nos choix stratégiques. Et ce afin que nous puissions être à la hauteur de notre slogan «la patrie d’abord» et que nous nous mobilisions fortement dans ces temps pleins d’incertitudes et de défis pour que l’USFP reste au service du pays et de ses intérêts supérieurs ».

Mohamed Ben Abdelkader a souligné que l’une des priorités importantes du Congrès sur le plan organisationnel est le lancement du chantier de modernisation du parti et des mécanismes de son fonctionnement et de sa gestion.

«L’enjeu est de pouvoir inscrire l’organisation du parti dans une sorte de rationalité fonctionnelle régie par la force de la loi et les règles de bonne gouvernance, plutôt que par les tempéraments, le fait accompli produit par des luttes infinies et stériles pour le contrôle des appareils du parti», a précisé  M. Ben Abdelkader dans cet entretien réalisé par le journaliste Brahim Mokhliss. Et le membre du Bureau politique de mettre en exergue : «L’enjeu donc est de pouvoir assumer parfaitement notre identité moderniste ainsi que de comprendre que la condition fondamentale de la modernité politique est la rationalité juridique, qui garantit les droits, impose des devoirs et règle les différends ».

Concernant une question sur les candidats potentiels au poste de Premier secrétaire du parti, Mohamed Ben Abdelkader a salué la multiplicité  des candidatures pour le poste de Premier secrétaire du parti, qui ont été annoncées par Driss Lachguar, lors du dernier Conseil national, tout en soulignant que le Bureau politique du parti a décidé de transmettre au Congrès les candidatures des six camarades aspirant à briguer ce poste.

Pour le membre du Bureau politique, les dirigeants ittihadis, depuis feu Abderrahim Bouabid jusqu’à Driss Lachguar, ne tiennent pas à se maintenir indéfiniment à la tête du parti. Prétendre le contraire est archi-faux.

«Nous avons adopté le principe de la limitation des mandats de nos dirigeants et personne ne remet aujourd’hui en cause ce principe », a indiqué Mohamed Ben Abdelkader. Et de préciser : « Mais que le nombre de mandats successifs soit limité à deux ou à trois, c’est une autre question qui relève de la pratique et du contexte politique, et pour laquelle il n’y a pas une norme idéale. Ce qui constitue véritablement un défi pour la théorie de la représentation démocratique, c’est la nécessité ou non de limiter le mandat et non comment procéder à cette limitation ».

Il a catégoriquement nié que la révision du règlement intérieur du parti a été menée dans l’objectif de donner le droit au Premier secrétaire de briguer un troisième mandat.
«Ce qui s’est passé, c’est que nous avons déposé auprès du ministère de l'Intérieur une résolution d'organisation approuvée par le Conseil national du parti lors de sa dernière session. Cette résolution vise essentiellement à modifier certaines dispositions réglementaires de manière à nous permettre de tenir notre Congrès national dans le plein respect des mesures préventives adoptées par les autorités publiques pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Ladite résolution ne concerne aucunement l'article 49 du statut général du parti », a fait savoir Mohamed Ben Abdelkader.

Il convient de rappeler que ledit article dispose que «le Premier secrétaire est élu pour un mandat qui s'étend entre les deux Congrès nationaux, et il ne peut être élu que pour deux mandats consécutifs...».

Mieux encore, «la question de l'extension des mandats existants, qui fait débat, n'a jamais été inscrite comme point à l'ordre du jour dans aucune réunion du Bureau politique du parti, et que lors des longues réunions du comité préparatoire consignées dans ses rapports et procès-verbaux, pas même une seule minute n'a été consacrée à ce point concernant un troisième mandat pour notre Premier secrétaire actuel », a tenu à relever M. Ben Abdelkader.

Selon lui, l’USFP est déterminé à aller de l’avant dans l’ouverture du parti aux nouvelles compétences et à intégrer les nouveaux élus au sein de ces instances. Pour cela, «le bon sens exige d'éviter de vider systématiquement ces instances de leurs membres actuels, en leur permettant de se représenter pour un troisième mandat. Et ce de manière à assurer l'équilibre nécessaire entre renouvellement et continuité», a-t-il affirmé. Et de conclure: «Bien évidemment, cette option sera soumise au Congrès national pour examen et adoption dans le respect total des règles démocratiques et en pleine considération de l'intérêt du parti et de l'efficacité de ses organes».

H.T


Lu 1482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS