Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Moga Festival des musiques et cultures électroniques de retour à Essaouira




La ville d'Essaouira, cité de culture et de métissage, inscrite au Patrimoine de l’UNESCO, accueillera du 11 au 13 octobre la 3è édition du Moga Festival des musiques et cultures électroniques, annoncent les organisateurs dans un communiqué.
 Les festivaliers seront conviés à vivre une expérience hors du temps, un voyage inédit dans l’ancienne "Mogador", rythmée par des temps forts, trait d'union entre cultures traditionnelles et électroniques, ajoutent-ils, notant que le temps d’un long week-end, c’est l’air enivrant de MOGA qui soufflera sur la cité du vent.
"Essaouira dansera pendant trois jours et plus encore au rythme d’un flot de musiques électroniques hédonistes, en accueillant une tribu de raveurs globe-trotters tous animés par l’envie de célébrer ce mouvement fédérateur", relève la même source, précisant que Moga Festival fera la part belle au "Desert House" ou "Hippie House", un courant émergent mixant sonorités orientales et exotiques au Tempo Deep et hypnotique de la musique club.
Feathered Sun, super combo-nirique allemand composé des illustres berlinois Chris Schwarzwalder, Raz Ohara, Jo.Ke et Rico Loop, proposera aux festivaliers un Live événement forcément mystique.
Les performances live seront plus que jamais à l’honneur cette année, avec un voyage en compagnie de l’insouciant mexicain "Sainte Vie". Parra For Cuva venu tout droit de Cologne distillera ses vibes aériennes et mélancoliques, alors que le duo moscovite Geju diffusera sa slow house chill très spirituelle. Blond Ish, désormais en solitaire, apportera une joie et une spiritualité à travers des performances et des enregistrements en solo.
A leurs côtés aux platines, deux membres éminents de la grande famille All Day I Dream de Lee Burridge, en la personne des envoûtants YOKoO et Matthew Dekay, ou encore l’éminent californien Behrouz aux surprenantes mais toujours captivantes sélections. Kerala Dust combo live aux sets planants est la révélation de cette nouvelle scène indie/desert house dans la lignée de Satori, Stavroz...., expliquent les organisateurs.
Multi facettes, Moga célèbre aussi la house et la disco avec la nouvelle égérie parisienne du mouvement, Louise Chen ou le londondigger ultime, chouchou de Gilles Peterson, Bradley Zero. La micro house sera fièrement représentée par deux de ses plus clairvoyants représentants,
Au menu figurent aussi les Roumains Praslea et Raresh, ce dernier membre du trio Arpiar, prodiguera aux festivaliers un B2B inédit de Prasslesh. Dj Wild ramènera l’esprit d’Ibiza, ajoute la même source, faisant observer que la techno ne sera pas oubliée, loin de là, les oldtimers français Oxia et Nicolas Masseyeff assureront un back2back tout en efficacité et complicité, tandis que Konstantin Sibold apportera sa "deutsche qualität", oscillant entre house et techno.
Quant à Enzo Sigarusa, le boss de Fuse, il fera l’honneur de sa présence en déversant sa house made in UK, sans oublier la légende vivante Kenny Dope, illustre membre du duo Masters At Work – qu’il forme avec son compatriote LittleLouie Vega en 1991 – et digne représentant de la scène house new-yorkaise.
La scène locale marocaine sera bien entendue de la partie, avec notamment Daox, Mr ID, Achil, Noritsu, Amine K ou Nomads…De nombreux Back to Back entre artistes marocains sont au programme avec Daox b2b Bas Ibellini, Driss Skali b2b Chaim, Amine K b2b Sabo, poursuivent les organisateurs.
Véritable marque de fabrique de Moga Festival depuis sa création, cette année encore, le festival proposera une création inédite, mêlant sonorités électroniques et musiques traditionnelles marocaines. Après Dop et le Maalem Hassan Boussou en 2016 puis Stavroz et les Issaoua d’Essaouira en 2018, ce sont Thomas et Julien de Bie, qui forment le duo Parallells, qui mêleront leurs productions électronica à la musique gnaoua du Maâlem Omar Hayat, note le communiqué.
Cette nouvelle édition annonce une expérience Moga inédite, à la programmation haute en couleur et en vibrations. Un festival placé sous le signe de l’échange, de la transmission musicale et de la communion des genres, indiquent les organisateurs, soulignant que le Moga Festival investira 4 scènes au Sofitel Mogador Golf-Essaouira.
Les festivaliers seront, en outre, avec le Moga Souk ou "Marché des créateurs" qui revient pour la 2ème année consécutive en vue de mettre en lumière les créations et l’artisanat de jeunes et talentueux créateurs marocains et internationaux.

Vendredi 4 Octobre 2019

Lu 1296 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif