Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Migration, récit et mouvements”, thème d’une nouvelle exposition à Rabat


L’exposition “Migration, récit et mouvements” se déroulera du 6 au 30 décembre prochain au Musée Virtuel de la Villa des arts à Rabat, à l’initiative de la Fondation ONA-Villa des arts.
Organisée en collaboration avec le Groupe “Arts for Advocacy”, mené par les universités d’Edimbourg (Écosse) et de Keele (Angleterre) et soutenu par le Conseil de recherche en arts et humanités et les Conseils en recherche économique et social (Royaume-Uni), cette exposition est le fruit de deux ateliers participatifs de vidéo, photographie et performance, tenus en mars et octobre derniers à Rabat, sous la direction des artistes, Amine Oulmakki (Maroc) et Julien Fleurance (France) et du comédien et acteur Dabcha (Maroc), indique un communiqué de la Fondation ONA-Villa des arts de Rabat.
Cette exposition restitue la production d’une vingtaine de participants de différentes nationalités, explorant à partir de protocoles construits in situ, les possibilités du langage et de l’expression corporelle, souligne la même source. Structurée en cinq zones principales, l’exposition se compose de 15 vidéos et d’une installation sonore qui ceint l’espace de voix en différentes langues montées en boucle. Elle s’étend également pendant la 8-ème édition du Festival Migrant’Scène Rabat (4-9 décembre 2017).
“Face à l’objectif d’une caméra muée en personnage, les corps répondent d’un même mouvement, comme une matière unique. Leurs regards entrelacés et interrogateurs révèlent leurs histoires personnelles par fragments de fictions”, souligne le communiqué. “Histoires de voyages, d’obstacles, de relations, d’amour, de rêves brisés et d’espoirs renaissants permettent au public d’envisager les nouveaux horizons des récits de migrants. Et dans cet entrecroisement de regards en mouvements, l’espace de l’exposition représente, plus qu’un espace physique, un espace mentale commun où joue plus d’une analogie de la traversée, mais aussi une invitation à déconstruire les récits dominants de la mobilité”, a-t-on relevé.

Jeudi 30 Novembre 2017

Lu 1756 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS