Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Metallica est toujours en colère et le fait savoir




De nouveau sur le devant de la scène après huit ans d'absence, avec "Hardwired... to self-destruct" qui marque un retour au thrash metal de leurs débuts, Metallica laisse rejaillir toute sa "colère", bien déterminé à poursuivre son règne sur le hard rock. "Nous sommes quatre hommes en colère", affirme sans ambages à l'AFP Kirk Hammett, le guitariste soliste aux cheveux longs bouclés grisonnants, alors que le 10e album du groupe est sorti vendredi. "La raison pour laquelle j'ai commencé à jouer de la musique, c'était pour exprimer cette colère", explique le Californien de 53 ans qui a rejoint le groupe en 1983, deux ans après sa création. "C'est également le cas pour James (Hetfield, chanteur, guitariste), Lars (Ulrich, batteur), mes amis, mes frères. Des choses nous sont arrivées dans nos vies qui ont provoqué cette colère.
" L'album de douze titres traduit ce sentiment à fleur de peau. Le premier morceau "Hardwired" donne le ton. Ce titre ultra rapide, sans concession, aux paroles décadentes ("On est vraiment dans la merde (...) Programmés pour s'autodétruire") rappelle l'énergie du tout premier opus officiel de Metallica, "Kill'Em all". "Hardwired... to self-destruct, c'est un état des lieux sur la condition humaine, ose Kirk Hammett. On fait parfois des choses même si on sait qu'elles sont mauvaises pour nous. Parce que nous sommes programmés pour avoir cette part sombre, mauvaise, en nous. Et à l'extrême, il y a des gens qui finissent par s'autodétruire, car ils n'en peuvent plus de leur condition.
" Le second titre, "Atlas Rise!", rappelle "Master of Puppets" (1986), un des hymnes historiques du heavy metal, ce genre musical que le groupe a contribué à créer. Sans être aussi épique que son aîné, le morceau de plus de 6 minutes alterne habilement passages chantés, instrumentaux et les fameux solos de guitare de Hammett, fidèle à sa pédale wah-wah et à son jeu en legato.
"Ma colère s'exprime dans ma façon très agressive de jouer de la guitare, explique-t-il. Si je ne change pas régulièrement mes cordes, je les casse. Il m'est arrivé de me couper à la main. Mais j'ai toujours joué de cette façon parce que ça me permet de me sentir mieux".
Pour les membres de Metallica, l'exutoire que semble constituer cet album ne les empêche pas de ralentir un peu la cadence sur "Halo on Fire" dans lequel le chant d'Hetfield se fait plus aérien, plus nuancé. Rien de comparable toutefois à "Nothing Else Matter", la ballade à succès du "Black Album" (1991), le plus vendu du groupe à ce jour (30 millions).
"On voulait créer quelque chose de simple, direct, agressif. Nos chansons sonnent comme certaines des cinq premiers albums. Mais celui-ci n'est pas une copie carbone ou un ersatz. Revenir aux sources de notre inspiration, oui, mais avec l'intention aussi de créer quelque chose de nouveau", dit Kirk Hammett.
Metallica ne cache pas son ambition. "On veut rester les meilleurs, rester des conquérants, assure Hammett. J'aimerais qu'il y ait plus de musiciens comme nous dans le monde!"
 

Samedi 19 Novembre 2016

Lu 387 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif