Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marrakech à l’heure de la réconciliation ittihadie

Mohamed Benabdelkader : L’appartenance à l’Union nationale et à l’Union socialiste des forces populaires a depuis toujours été synonyme d’engagement et de sacrifice militantistes et martyriels




La famille ittihadie, toutes générations confondues, s’est réunie samedi dernier à Marrakech lors d’une fête organisée par le secrétariat provincial de l’USFP dans la ville ocre, et ce dans le cadre des festivités organisées par le parti de la Rose à l’occasion du 60ème anniversaire de sa création.
L’hymne du parti a été entonné au début de cette fête à laquelle ont pris part Mohamed Benabdelkader et Badiaa Radi, membres du Bureau politique, Mohamed Lakhssasi et Abdesslam Rajouani, membres de la Commission d’éthique du parti, ainsi que les membres du secrétariat provincial et les secrétaires des provinces de la région de Marrakech-Safi.
L’allocution prononcée au nom du secrétariat provincial par Jaouad Dadssi a souligné que la célébration de cet anniversaire est une occasion idoine pour la réconciliation et l'ouverture, ajoutant que cet événement permettra sans conteste de relier le passé glorieux et le présent renouvelé en vue de poursuivre la lutte pour réaliser le projet de société de l’USFP fondé sur trois piliers fondamentaux que sont la libération, la démocratie et le socialisme.
"La réconciliation de tous les Ittihadis avec leur parti, et essentiellement celle de l’USFP avec les forces populaires et la société, est un engagement politique et moral dont nous ne nous départirons jamais, mais nous considérons qu'il s'agit là d'une nouvelle charge qui insufflera de l'espoir à l'avenir et à la capacité de poursuivre la lutte avec une volonté plus forte", a-t-il affirmé en rappelant que le parti de la Rose avait payé le lourd tribut de sa lutte pour la démocratisation du Maroc.
Pour sa part, Mohamed Benabdelkader a affirmé que la célébration du 60ème anniversaire de la création de l’USFP  est avant tout une célébration de la mémoire ittihadie, de celle de la liberté, de la dignité, de la justice sociale et de la mémoire commune du peuple marocain, soulignant qu'aucun historien ne peut traiter de l'histoire contemporaine du Maroc sans évoquer le rôle que le parti des forces populaires, ses martyrs et ses leaders y ont joué en contribuant , de diverses manières, à l’indépendance du Maroc et à l’édification de l’Etat moderne.
Il a également mis en avant cinq vérités fondatrices de la mémoire de l’USFP.
La première d’entre elles concerne l’émergence même de ce parti. Selon lui, tout le monde sait que ce dernier a été créé dans un contexte difficile et qu’il s’est séparé du Parti de l’Istiqlal par le biais de  la création de Fédérations Unies dans un premier temps et par la fondation de l’UNFP ensuite (qui deviendra au début des années 70 l’USFP).
La seconde de ces vérités a trait à la dialectique  de la participation et de l’opposition, a ajouté l’orateur en rappelant dans ce sens, une phrase prononcée par un dirigeant socialiste espagnol soutenant que la participation au gouvernement use mais que l’opposition use davantage.
La troisième vérité sur laquelle a insisté ce membre du Bureau politique concerne la dialectique du nationalisme et du socialisme. La mémoire ittihadie regorge selon lui de preuves intangibles attestant  que l’USFP est un parti nationaliste authentique qui dispose d’un projet progressiste. Cette dimension nationaliste apparait clairement dans son rôle visant à renforcer la stabilité et les institutions du pays et dans la défense des intérêts suprêmes de la Nation, rappelant dans ce sens le rôle joué par Abderrahim Bouabid dans la défense de la question de notre intégrité territoriale.
La quatrième vérité a trait à la dialectique de l'équité et de la réconciliation. Selon Mohamed Benabdelkader, les Ittihadis  qui ont fait les frais de la répression durant les années de plomb ont néanmoins contribué à tourner la page des violations flagrantes des droits de l'Homme et à faire réussir l'expérience de la justice transactionnelle.
 La dernière vérité dont il a été question concerne la dialectique de l’alternance et du consensus. Dans ce sens, l’intervenant a souligné que "la mémoire ittihadie n'est pas jalonnée uniquement de prisons et d’exils, mais aussi de réalisations et d’acquis pour le peuple marocain, son progrès, sa prospérité et son intégrité territoriale ». Et d’ajouter : «L'histoire nous rappelle que le gouvernement Abdallah Ibrahim où Abderrahim Bouabid avait occupé les postes de vice-président du Conseil et de ministre de l'Economie et des Finances, a contribué à libérer l'économie nationale de la domination française en érigeant le dirham en monnaie nationale et en contribuant à la création d'une banque centrale, et ce en dépit de la courte vie de cet Exécutif qui n’a pas dépassé un an et demi ».
Par ailleurs, l’USFP a contribué à une expérience unique dans le monde arabe, à savoir celle de l’Alternance consensuelle sous la présidence d’Abderrahmane El Youssoufi qui a assuré la transition politique et apporté stabilité institutionnelle et cohésion sociale à notre pays.
Pour sa part, Mohamed Lakhssasi a souligné dans son allocution que cette fête revêt une signification politique et symbolique indéniables, car elle est organisée dans une ville connue pour sa forte participation à la lutte et à l’histoire du nationalisme marocain.
Il a évoqué le rôle de Marrakech dans la lutte nationale menée par une élite nationaliste contre le colonialisme français et a rendu un hommage appuyé à une grande figure de la résistance au sein de la ville ocre, à savoir Moulay Abdesslam Jebli.
Pour lui, la célébration du 60ème anniversaire de la création de l’UNFP-USFP revêt une signification politique et symbolique pour tous les Ittihadis en dépit de leurs divergences. «Cet anniversaire traduit une volonté politique forte pour lancer une dynamique renouvelée, une dynamique de renaissance, d’ouverture et d’adaptation aux exigences de notre époque ».
Pour rappel, les organisateurs de la fête organisée par le secrétariat provincial de l’USFP dans la ville ocre ont rendu hommage à plusieurs militants ittihadis. Il s’agit notamment de Driss Abou Fadl, Zineb Aliouane, Mohamed Lakhssasi, Mohamed Mehdi Derkaoui, Malika Zanbouaa, Naima Benmchich, Mustapha Errafii, Abbassa Kirat, Abdelhak Andalib et Saida El Ouadi ainsi que des  regrettés Ahmed Sabri et Mohammed Habib Al Fourkani.

T.M
Mercredi 23 Octobre 2019

Lu 1275 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com