Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mahmoud Maarouf. Le Palestinien qui portait le Maroc dans son cœur nous a quittés




Ecrivain et journaliste palestinien, défenseur de la cause palestinienne de longue date, Mahmoud Maarouf est décédé, jeudi à Rabat, des suites d’un arrêt cardiaque.

Arrivé au Maroc au début des années 80, le défunt était correspondant de l'agence "Quds Press" ets’est fait connaître par ses écrits et sa promotion du rapprochement des cultures entre le Maroc et le Moyen-Orient. Mahmoud Maarouf a travaillé pour notre alter ego Al Ittihad Al Ichtiraki, avant de se lancer dans une nouvelle expérience avec la création du journal "Al Quds Al Arabi". Il fut directeur du bureau de cette publication à Rabat, faisant de lui l'un des bureaux les plusimportants du journal, à la faveur de sa couverture des événements au Maroc et dans la région. Il a consacré une page entière à la région d'Afrique du Nord, en particulier le Maroc.

Le journal Al Quds Al Arabi rappelle, dans un article publié sur son site, que «Mahmoud Maarouf a ouvert les pages du journal à la contribution de penseurs marocains, que ce soit par la publication de leurs productions ou par le biais de longs entretiens».

«Grâce à son approche journalistique alliant accompagnement de l’actualité, analyse et réflexion, il aura fait d’Al Quds Al Arabi le journal étranger le plus riche en archives sur la vie politique et culturelle marocaine, au cours des trente dernières années», ajoute-t-on.

Feu Maarouf a également contribué à faire connaître davantage la cause palestinienne au Maroc comme il a joué un rôle central dans les différentes activités de solidarité avec la Palestine, danstoutes les villes du Royaume. Le défunt était des décennies durant "ambassadeur" des relations maroco-palestiniennes sur les plans culturel et médiatique. Il a également contribué à faire connaître l'écriture journalistique, politique et culturelle marocaine dans le Machreq. «J’ai connu le défunt en 1989 et il a été pour moi, durant toutes ces années, un frère dont j’étais très fier», écrit le journaliste et défenseur des droits de l’Homme, Mustapha Laaraki dans un article paru vendredi dansles colonnes d’Al Ittihad AlIchtiraki.

«Mahmoud Maarouf a largement contribué à faire connaître la cause palestinienne au Maroc, à travers diverses activités et de nombreuses publications», souligne-t-il. Et d’ajouter : «Avec Mahmoud, nous avons couvert les travaux du sommet de l’Union du Maghreb Arabe, en 1989 et nous avons conjointement interviewé des personnalités d'Algérie, de Tunisie, de Libye, ou encore de Mauritanie ...Et je me souviens très bien d’un entretien que nous avons réalisé avec le ministre mauritanien des Affaires étrangères et qui avait à l’époque provoqué de vives réactions à Nouakchott qui ont conduit au limogeage dudit ministre».

Le Bureau politique de l’USFP a tenu également à adresser un message de condoléances et de compassion à la famille de Mahmoud Maarouf, dans lequel il affirme avoir appris son décès avec une profonde affliction.En cette douloureuse circonstance et au nom de toutes les Ittihadies et tous les Ittihadis, l’USFP exprime aux membres de la famille et aux proches du défunt, à sa grande famille de journalistes et à l'ensemble de ses amis ses vives condoléances et ses sincères sentiments de compassion, pour la perte d’un éminent écrivain et journaliste qui portait le Maroc dans son cœur.

Le BP implore le Très Haut d'accorder patience et consolation à la famille du défunt et de le rétribuer pour les actions qu'il a accomplies au service de la cause palestinienne et de l'accueillir dans son vaste paradis parmi les vertueux.

Mehdi Ouassat

Mehdi Ouassat
Vendredi 4 Septembre 2020

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.