Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Madrid doit reconsidérer sa position sur le Sahara

José Manuel Garcia Margallo, ancien ministre des Affaires étrangères espagnol



Madrid doit reconsidérer sa position sur le Sahara
L’ Espagne est appelée à reconsidérer sa position sur la question du Sahara dans le nouveau contexte géopolitique marqué par la décision des Etats-Unis de reconnaître la souveraineté du Maroc sur les provinces du Sud, a souligné l’ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo. «Je crois que l'Espagne doit reconsidérer sa position sur le Sahara dans le nouveau contexte géopolitique, après la décision des Etats-Unis», a relevé José Manuel Garcia Margallo qui était l’invité, mardi soir, de l’émission Atalayar sur "Capital Radio".

Le gouvernement espagnol a tourné le dos à l’évolution du contexte international suite à la décision américaine, a-t-il relevé, notant que Rabat et Washington entretiennent une relation très spéciale parce que le Royaume a été le premier pays à reconnaître les EtatsUnis d'Amérique. Lorsque le monde était divisé en deux, le grand allié des Etats-Unis était le Maroc, a-t-il rappelé. José Manuel Garcia Margallo a, par ailleurs, mis en garde contre les risques de création d’un pseudo-Etat dans la région, relevant que lorsqu'il était à la tête de la diplomatie espagnole, il a dû gérer les conséquences d’une «attaque terroriste» dans les camps de Tindouf qui s’est soldée par l’enlèvement de deux coopérants espagnols et une italienne.

La conjoncture géopolitique internationale a changé et le gouvernement de Pedro Sanchez n’arrive pas à tirer les leçons de ces mutations, a-t-il estimé, ajoutant que l’expression «référendum d'autodétermination» a disparu des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU depuis 2003.

En plus, a expliqué José Manuel Garcia Margallo, le Maroc a retrouvé sa place au sein de l’Union africaine et plusieurs pays arabes et africains ont ouvert des consulats dans les villes de Dakhla et Laâyoune, alors que d'autres envisagent de le faire. «Quand les circonstances changent, on doit changer. Nous devons nous adapter au nouveau contexte. C'est un problème que nous devons résoudre», a-t-il conclu

Libé
Jeudi 27 Mai 2021

Lu 357 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >


Flux RSS