Londres, la National Gallery renomme une oeuvre de Degas "Danseuses ukrainiennes" , pas russes


Libé
Jeudi 7 Avril 2022

La National Gallery de Londres a renommé "Danseuses ukrainiennes", un tableau du peintre impressionniste français Edgar Degas connu jusquelà sous le nom de "Danseuses russes", a indiqué lundi le musée, interpellé sur cette oeuvre depuis l'invasion russe de l'Ukraine. Le musée londonien a expliqué "avoir mis à jour le nom de la peinture pour mieux refléter le sujet de l'oeuvre", dans une déclaration transmise à l'AFP.

Désormais intitulé "Danseuses ukrainiennes", le tableau du peintre français (1834 - 1917) dépeint des danseuses ayant dans leurs cheveux des rubans bleus et jaunes, les couleurs du drapeau ukrainien. "Il est quasiment certain que ces danseuses sont Ukrainiennes plutôt que Russes", écrit le musée dans la description du tableau publiée sur son site internet. "Depuis que la Russie a lancé la guerre en Ukraine, je ne fais que penser à cette oeuvre. Le fait est que les danseuses ne sont pas russes et ne l'ont jamais été", avait écrit le 14 mars sur Instagram Tanya Kolotusha, une Ukrainienne vivant à Londres, interpellant le musée pour lui demander d'amender le nom du tableau.

La National Gallery lui avait répondu le lendemain, affirmant avoir modifié le titre de l'œuvre. "C'est important de retrouver notre patrimoine culturel et de le nommer correctement", a affirmé lundi Mme Kolotusha à l'AFP, dénonçant l'invasion actuelle comme "aussi une attaque contre la culture". Dans une tribune publiée fin mars dans le journal allemand Der Spiegel, la directrice de l'Institut ukrainien à Londres Olesya Khromeychuk avait elle aussi souligné la place de la culture dans la guerre en Ukraine. Vladimir Poutine "a une des plus grandes armées du monde, mais il a aussi d'autres armes. La culture et l'histoire ont un rôle prédominant dans son arsenal", avait-elle affirmé.

"Par exemple, chaque passage dans une galerie ou un musée à Londres avec des expositions sur l'art ou le cinéma de l'URSS révèle des interprétations délibérément fausses ou simplement paresseuses présentant la région comme une Russie infinie, telle que le président russe actuel aimerait la voir", avait-elle ajouté.

Bouillon de culture

Musée

"Autour des colonnes d'Hercules" est l'intitulé qu'a choisi le président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi, avec ses partenaires du musée archéologique national de Madrid, pour l'exposition qui célèbrera, à partir du 24 mai prochain, les relations millénaires entre le Maroc et l’Espagne.

Un communiqué de la FNM rappelle que cet événement doit sa naissance à un mémorandum d’entente, signé le 13 février 2019 sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et le Roi Felipe d'Espagne, entre la Fondation et le ministère de la Culture et des Sports espagnol sur la coopération culturelle et muséale. Pour la FNM, l'exposition '’Autour des colonnes d’Hercules.

Relations millénaires entre le Maroc et l’Espagne’’ est l’affirmation d’une histoire commune, qui contribuera au renforcement de l’amitié historique entre les deux peuples. Réunissant plus de 300 objets et artefacts provenant des musées gérés par la FNM et des musées espagnols, l'exposition dévoilera le patrimoine historique commun et la reconnaissance mutuelle des liens de voisinage entre les deux Royaumes au cours de l’histoire.

Ces œuvres illustreront l’évolution temporelle de ces relations sur cinq grandes périodes de la préhistoire au Moyen-âge. Une première concrétisation du mémorandum d’entente, signé le 13 février 2019 entre les deux pays, fut l'exposition ‘’Trilogie marocaine 1950-2020’’ montée en avril 2021 au musée Reina Sofia à Madrid. C'était la première fois qu’un grand musée espagnol présente l’histoire de l’art contemporain marocain et la vivacité de la scène artistique marocaine.

Exposition

La Fondation Al Mada organise aux Villas des arts de Rabat (08 avril-30 juin) et Casablanca (21 avril-30 juin), l'exposition "Grain de sable", dédiée aux œuvres d'artistes issus de la région du sud du Maroc.

Cet événement, dont le vernissage est prévu vendredi (22h) à la Villa des arts de Rabat, présente les œuvres d’un collectif d’artistes dont Ahmed Bibaoune, Aymane Errachidi, Farida Bouachraoui, Hassan Abarou, Ismail Oulhaj-Alla, Karim Barka, Kamal Saki, Limam Djimi, Mohamed El Mourid, Omar Ennaciri, Said Aoubraim, Tarek Rahel et Said Rais, ainsi que "le ténor de la création contemporaine", Mohamed Arejdal, indique un communiqué de la Fondation.

Ce projet met en avant le lien intergénérationnel entre les artistes et le renforce, explique la même source, notant que malgré l’absence d’une école d’art dans la région du sud, ces artistes et principalement la jeune génération ont su imposer à la scène artistique une approche contemporaine "très avant-gardiste" de laquelle émane une sensibilité de très haut niveau et un énorme potentiel.

Cette exposition prévoit une grande performance d'art en réunissant plusieurs artistes et en célébrant les arts visuels notamment la sculpture, la peinture, l'installation, la photographie, les bandes dessinées et l'art vidéo, souligne le communiqué.


Lu 1952 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.