Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Loin des camps de la honte: Le séjour de Brahim Ghali dans les quartiers huppés d’Alger s ’éternise


Alors que les camps de Tindouf connaissent une prolifération sans précédent de la pandémie de Covid19, enregistrant plus de cent cas officiellement, Brahim Ghali brille toujours par une absence trop suspecte. Il est apparu en bonne santé et a prononcé un discours télévisé à l'occasion de l'Aïd al-Adha. Selon son entourage, il ne prend plus aucun médicament depuis un moment, et qu'après sa sortie de l'hôpital Ain El Naaja, il réside dans une villa du quartier Hydra à Alger. Ce sont là les observations des internautes des camps qui se demandent quand Brahim Ghali rejoindra les camps. Est-ce la réaction de ses camarades et lieutenants qui se sont partagé ses prérogatives depuis son hospitalisation en Espagne et que s'il devait survivre à la maladie, il ne devrait pas échapper aux poursuites judiciaires? Une situation d’autant plus embarrassante qu’Alger n’hésiterait pas à miser sur un autre pion que ce «chef» affaibli. Lui qui a déclaré la guerre il y a plus de huit mois pour asseoir son leadership chancelant et fragilisé davantage par l’apparition des drones marocains. Cette guerre qui n’existe que dans les communiqués fallacieux publiés par son agence officielle chaque soir, est devenue son plus grand souci et sa plus grande raison d’embarras. En tout cas, plus de trois mois après sa disparition des camps, le chef du Polisario est toujours bloqué dans la capitale algérienne dans le quartier huppé d'Hydra, en attendant que ses protecteurs algériens l’aident à récupérer un pseudo-leadership que se disputent plus d’un pantin polisarien. 

Ahmadou El-Katab
Mercredi 28 Juillet 2021

Lu 366 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS